Le conseil communal de mardi a voté le principe d’un appel d’offres pour désigner un auteur de projet pour procéder au réaménagement de la place Henri Berger. La Ville a décroché un subside de 1 272 436 € pour aménager la place de la gare en espace vert. En principe, les 3 300 m2 de la place Henri Berger seront aménagés en square. À ce stade, personne ne sait évidemment dire à quoi ressemblera ce nouvel espace végétalisé.

D’accord sur le principe de végétaliser cette place, le groupe Ecolo, par la voix de Jean Goossens a voulu en savoir un petit peu plus, d’autant que végétaliser la place de la gare n’était pas le choix des Ecologistes. "Pour nous, le choix le plus judicieux pour aménager ce parc urbain était la place Cardinal Mercier, et cela pour de nombreuses raisons. C’est le centre historique de la ville, bien plus central que la place de la gare. Une place déjà aménagée avec succès à l’occasion de Wavre sur herbe, bien plus paisible que la place Henri Berger, qui est en plus un lieu de passage et d’accès vers les différents modes de déplacement. Mais que va devenir la gare ? Elle ne fait pas partie du projet mais elle trône depuis plus de 165 ans sur la place ? Comment comptez-vous l’intégrer au projet ?"

Les Wavriens peuvent être rassurés. On ne démolira pas la gare. La bourgmestre de Wavre, Françoise Pigeolet, l’a confirmé avec force lors de cette séance du conseil communal. La bourgmestre a en effet mis son veto sur la décision de la SNCB qui envisageait sa démolition.

"La gare est un des rares bâtiments qui fait partie de notre patrimoine architectural. Elle est là depuis 1855. Lors d’une réunion avec la SNCB je me suis insurgée contre ce projet de démolition. En conséquence, la gare sera vendue. Il existe plusieurs projets de réhabilitation de ce bâtiment, mais il faut attendre car la Ville n’est pas à la manœuvre. Il est donc hors de question de la démolir."

Comment sera intégrée la gare dans ce projet ? L’auteur de projet, qui sera désigné à la suite de l’appel d’offres voté mardi, devra intégrer tous les projets connexes. Mais selon le cahier des charges, l’objectif de la réhabilitation de la place est de mettre en place une coulée verte dans le centre urbain, tout en rendant le plateau de la gare de bus plus attractif, convivial, confortable et sécurisant. L’idée générale est de faire de la place Henri Berger un lieu privilégié d’échanges et de rencontres, tout en valorisant les cheminements piétons au sein du périmètre, sur la place, vers la gare et les parkings, en aménageant les voiries attenantes au pôle gare, pour favoriser encore plus l’intermodalité au niveau des transports.

Quid du parking ?

Jean Goossens s’interrogeait aussi sur le stationnement des bus à proximité de la place qui doit être rénovée. "La gare de bus est prévue pour les bus Tec. Et les bus De Lijn ? Où vont-ils devoir se garer ?" Paul Brasseur, échevin de la Mobilité, a rassuré le conseiller écolo. "Actuellement, ils stationnent à la rue des volontaires. Une fois la nouvelle gare des bus inaugurée, ils devraient retrouver leur stationnement dans la rue Théophile Piat."

"Et que devient le parking de la gare qui draine chaque jour un nombre important de voitures dans ce quartier ?", a renchéri Jean Goossens. De fait, ce parking appartient à la SNCB. Si la place est végétalisée, il ne sera plus accessible par la place. "Il y a des possibilités d’aménager une entrée et une sortie du côté de la rue du Chemin de fer", a répondu Françoise Pigeolet, sans plus de précision.