Difficile, après les images terribles des dégâts causés par les inondations, de rester les bras croisés dans son fauteuil. À Genappe comme dans d’autres communes, des particuliers ont pris l’initiative d’appeler leurs concitoyens à se mobiliser, notamment en apportant de la nourriture, des habits et des produits d’entretien à acheminer dans les communes les plus touchées.s

Samedi et lundi, la Ville a mis à disposition la salle polyvalente, pour stocker ce qui a été donné par les Genappiens. Et le résultat est spectaculaire : des dizaines de sacs de jouets, de chaussures, d’habits pour tous les âges, de couvertures, de draps, de vaisselles, de vivres non périssables…

“Depuis samedi, c’est un flot continu, confirme Muriel Dubois, qui est à l’initiative de cette mobilisation. On a même du petit électroménager, et les gens s’inscrivent sur un registre s’ils ont de choses plus importantes à donner, comme des meubles ou encore une cuisine. Le registre sert aussi pour garder les coordonnées des personnes qui viennent pour proposer de transporter ce qu’on a récolté en camionnette ou avec des remorques.”

Avant de se lancer dans l’aventure, la citoyenne avait aussi contacté la commune, pour savoir s’il y avait moyen d’obtenir un local pour le stockage. Heureusement, vu les quantités apportées, que la bourgmestre f.f. Stéphanie Bury a proposé la grande salle polyvalente !

“Nous trions sur place, directement, continue Muriel Dubois. Des gens qui sont venus apporter des choses nous ont demandés s’il fallait un coup de main, et ils sont restés avec nous. On est une dizaine, voire une quinzaine, en permanence. La commune nous aide aussi en prenant des contacts avec des localités touchées, pour tout dispatcher. Ce lundi matin, on avait dit qu’on ne prenait plus les vêtements mais finalement, quand les gens en apportent, on se dit que ce n’est jamais perdu…”

Anita, une habitante de Villers-la-Ville, était venue avec ses petits enfants, Luca et Khyara, pour apporter des vêtements mais aussi une poussette, et un bon stock de jouets. “Ce sont eux voulaient venir en aide, après avoir vu les images à la télévision, explique-t-elle. On a fait un grand tri. Il y a même des jouets dont ils se servaient encore, qu’ils ont voulu donner !”