Brabant wallon L’association La Hulpe Environnement dénonce le manque de vision à long terme.

Comme beaucoup de communes du Brabant wallon, La Hulpe doit aujourd’hui faire face à une importante pression immobilière. Au point que les promoteurs s’arrachent désormais les moindres parcelles de terrains à bâtir.

À l’heure actuelle, une quinzaine de projets immobiliers d’envergure sont ainsi en route dans la commune. On notera les 230 logements envisagés par le groupe Atenor sur l’ancien site de Swift, un lotissement de 15 maisons au chemin Long, 66 logements à l’avenue Fond du Graive, une quinzaine d’appartements à l’avenue des Rossignol, un ensemble de 3 immeubles avec 200 places de parking en sous-sol face à l’école des Colibris, une résidence-service de 90 appartements au Cénacle ou encore le projet de 25 maisons dans le quartier de la Gaillemarde.

Aujourd’hui, des citoyens s’élèvent contre l’urbanisation galopante de la ville, au sein, de l’asbl La Hulpe Environnement, qui lutte notamment en faveur de la protection de la qualité de vie dans la commune. "Comme prévu dans le plan stratégique transversal de la commune, ces projets immobiliers devraient permettre d’atteindre les 9.000 habitants à La Hulpe à l’horizon 2025, précisent les responsables de l’association. Soit une augmentation de 20 % par rapport à la situation actuelle."

Une hausse de population qui, selon La Hulpe Environnement, générerait pas mal de nuisances pour les habitants de la commune. D’abord en termes mobilité dans une commune déjà saturée en heure de pointe. Notamment sur N275 et la rue des Combattants. "L’augmentation de la population aura généré, d’ici 2025, un accroissement de minimum 1.000 véhicules. La situation, en 2016, s’est déjà sensiblement détériorée avec l’accroissement de la circulation dû à l’augmentation de la population des communes environnantes. Et la hausse de population risque de ne pas apporter aux commerçants le gain qu’ils pourraient en attendre, en raison du stationnement devenant un problème récurrent."

Autre point d’inquiétude : le fait que La Hulpe devienne une véritable entité urbaine. "Le bâti traditionnel, le gabarit villageois et l’esprit de village qui donnaient un cachet typique et un charme particulier à notre commune pourraient progressivement disparaître pour laisser la place à des formes urbaines d’immeubles."

Enfin, l’asbl craint également un "appauvrissement du patrimoine paysager et environnemental" de la commune. Et de conclure : "Ignorer l’esprit qui règne à La Hulpe, en étouffant la cité par des projets qui supprimeraient son caractère actuel, irait à l’encontre de l’intérêt général."


Pour une urbanisation concertée et contrôlée

Face aux nombreux projets immobiliers envisagés dans la commune, l’ASBL La Hulpe Environnement organise une réunion citoyenne ce mardi à 20 h au Foyer, sis au 65a de la rue Gaston Bary. L’occasion pour l’association de présenter son action et de proposer aux élus d’impliquer les citoyens dans la vision du futur de La Hulpe. "L’implication des habitants permettrait de préparer la mise à jour du schéma de structure communal (SSC) et du règlement communal d’urbanisme (RCU) et de souligner publiquement une série de règles adéquates que les promoteurs immobiliers devraient dorénavant absolument respecter."

Et l’association d’interpeller les élus communaux. "Il nous faut à tout prix avoir des perspectives à long terme, et non pas permettre que nos responsables communaux se précipitent vers des solutions, peut-être tentantes en termes de revenus communaux, mais qui s’avéreront rapidement contre-productives."

La Hulpe Environnement dit vouloir continuer à formuler "des observations constructives et, si nécessaire, des objections sur tout projet susceptible d’affecter notre qualité de vie et notre et notre environnement ou d’aggraver les problèmes de mobilité."