Le duo Infrabel/SNCB a informé la commune de La Hulpe – comme d’autres du Brabant wallon et d’ailleurs, Rixensart par exemple – que les fameux ascenseurs accessibles aux personnes à mobilité réduite seraient installés pour la fin de l’année. La fin d’une saga qui n’a que trop duré. Et si la nouvelle est bonne en soi, elle a été accueillie avec prudence par la commune.

« On a demandé une confirmation à la SNCB, parce que ces travaux qui devaient être réalisés dès le départ ont déjà été tellement de fois reportés qu’on en a perdu le compte, explique Christophe Dister, le bourgmestre la hulpois. On veut donc s’assurer qu’ils soient bien exécutés dans ce timing ».

Dans le cas contraire, la commune entendra bien faire valoir ses droits, en rappelant ses obligations au duo SNCB/Infrabel. « On avait prévu d’envoyer une lettre de mise en demeure en septembre si les travaux n’avaient pas débuté d’ici là (NDLR, la lettre était initialement prévue en mai/juin mais le coronavirus rendait le chantier impossible), continue le bourgmestre. On accepte ce nouveau délai mais il faut qu’il soit respecté. Sinon, on explorera toutes les possibilités administratives qui s’offrent à nous, en compagnie d’organismes spécialisés. On privilégie toutefois le dialogue ».

Une ligne de conduite conforme à la précédente pour la commune. Qui n’avait pas voulu mettre en place une action symbolique destinée à décrier la situation, mais qui avait continué les discussions. Tout en voulant travailler main dans la main avec d’autres communes confrontées à la même situation – notamment du Brabant flamand - pour intenter une procédure collective si la situation n’évoluait pas.