Il y a sept ans, le projet de construction d’une nouvelle maison de repos et d’une résidence service naissait dans la tête d’André Antoine. Et après quelques péripéties sur lesquelles nous ne nous attarderons pas, ce mercredi, le Val d’Orbais a officiellement ouvert ses portes et accueilli son tout premier résident : Emile Liroux. “Je suis vraiment enchanté de venir ici, sourit le Perwézien qui n’a pas hésité à lancer une petite danse pour fêter son arrivée dans la maison de repos. C’est tout près de chez moi et je suis certain que je serai mieux ici même si je viens juste d’arriver.”

Pour celles et ceux qui ont travaillé en coulisses pendant des années, cette ouverture résonne comme un véritable soulagement. “Nous sommes vraiment contents d’accueillir nos premiers résidents mais aussi de voir l’aboutissement de tout le travail qui a été réalisé jusqu’à présent”, avoue Aurélie Fourmy, la directrice ad interim du Val d’Orbais.


Il faut dire qu’ouvrir une nouvelle maison de repos, ce n’est pas une mince affaire, qui plus est en ces temps de crise sanitaire. “C’est bien plus complexe qu’on ne le pense car il y a énormément de choses auxquelles il faut penser. Au niveau de l’accueil des résidents par exemple, nous avons établi un planning pour qu’ils ne soient que deux à arriver par jour afin de pouvoir les accueillir en toute sécurité. Il y a pas mal de contraintes à cause du Covid-19 mais on s’adapte pour garantir la sécurité de tous.”

Et si le Val d’Orbais a ouvert ses portes ce mercredi, il reste tout de même encore quelques détails à fignoler avant que tout soit parfait. “Il y a encore des petites choses à faire comme de l’étiquetage ou de l’organisation au niveau des soins. On avance petit à petit mais il faut aussi savoir que le personnel n’est arrivé que lundi.”

Et en ce qui concerne le personnel justement, aujourd’hui, le Val d’Orbais compte une quinzaine de personnes entre les cuisiniers, les soignants, le personnel technique, la direction, le nursing ou encore les techniciennes de surface. “À terme, nous aurons une soixantaine de personnes”, précise Aurélie Fourmy.

Et si vous voulez rejoindre cette nouvelle maison de repos dernier cri, rassurez-vous : il y a encore de la place. “Nous avons une vingtaine de réservations pour la maison de repos (sur 96 lits) et il reste encore sept appartements (sur 20) dans la résidence services”, conclut la directrice ad interim du Val d’Orbais.