Le gouverneur a visité les lieux, quelques jours avant une décision cruciale pour son avenir. Mais la SNCB bloquerait

C’est l’un des grands dossiers de la commune d’Ottignies-LLN. Le réaménagement de la gare multimodale d’Ottignies est fréquemment discuté et abordé par les autorités et les médias. C’est donc naturellement que le dossier est revenu sur la table lors de la Joyeuse Entrée du gouverneur, Gilles Mahieu (PS) à quelques jours de Noël.

À cette occasion, hier dans la matinée, le bourgmestre, Jean-Luc Roland (Ecolo) a présenté les avancées et… les points de blocage dans ce projet titanesque. "Le réaménagement de la gare a déjà fait l’objet de deux études pour déboucher sur un Masterplan regroupant Infrabel, la SNCB et la Ville, a précisé le maïeur. Aujourd’hui, la SNCB se rend compte qu’elle est assise sur un magot où il est possible de créer des logements, de l’industrie et renforcer la mobilité. À partir de maintenant, nous n’attendons plus que les décisions politiques et budgétaires pour mettre en œuvre ce réaménagement."

Le cabinet de François Bellot, ministre fédéral de la Mobilité (MR) a lui aussi, détaillé le calendrier des futures décisions politiques liées à ce projet. En effet, contacté par nos soins, le cabinet du ministre fédéral de la Mobilité, François Belot (MR), précise que "les investissements liés à la gare d’Ottignies sont intégrés dans le Plan Stratégique Pluriannuel d’Investissement (PSPI)".

Le cabinet ajoute que "celui-ci devrait être avalisé par le Conseil des Ministres ce jeudi 14 décembre. Ce sera la première étape. Puis, le Plan devra être avalisé par le Fédéral et les Régions dans le cadre du comité de concertation prévu le 20 décembre prochain. Il sera dès lors officiellement approuvé."

L’avenir de la première gare la plus fréquentée de Wallonie, "parfois surclassée par celle de Namur" dira David da Camara Gomes, échevin de Mobilité, se jouera donc dans les 10 prochains jours avec, peut-être, une bonne nouvelle pour les 20.000 navetteurs quotidiens, lors des fêtes de fin d’année.

Pour rappel, le développement du quartier comprend, entre autres, l’urbanisation du parking des droits de l’homme et une transformation complète du bâtiment de la gare. Ce dernier devrait être rasé et reconstruit 30 mètres plus loin.

L’esplanade, là où se situe actuellement la gare des bus, sera abaissée de 6 mètres et complètement revue. "Le TEC aimerait en profiter pour aménager la gare des bus de telle sorte que des bus en accordéon puissent y accéder plus facilement", précise Jean-Luc Roland. L’entrée se fera sous les rails.

Même si aucune date n’est avancée pour la réalisation de la nouvelle gare, la SNCB se réjouit de son côté de la mise en œuvre de la nouvelle passerelle. "Elle sera mise en œuvre dès l’année prochaine et sera équipée d’ascenseurs pour les personnes à mobilité réduite, précise la société ferroviaire. La passerelle actuelle sera démolie. Par ailleurs, la prolongation des couloirs sous voies est terminée. Le tunnel mène à un nouvel escalier qui permet de rejoindre le parking."

.