Construite dans les années 1920, elle abrite toujours des compétitions et le Musée du tir à l’arc.

Bonne nouvelle pour la commune de Rixensart, pour le Musée du tir à l’arc ainsi que pour les clubs de sport qui utilisent toujours la tour de la Perche couverte. Car celle-ci a été classée par Valérie De Bue, la ministre wallonne en charge du Patrimoine.

" Le bâtiment est aujourd’hui une partie intégrante du paysage local, explique la ministre De Bue. Il est l’un des deux derniers exemples de ce type de construction conservés en Wallonie. Il rassemble encore les passionnés du tir à l’arc et participe ainsi à la vie associative et culturelle de la ville ."

Construite entre 1922 et 1928, la tour - haute de 33 mètres et unique en son genre en Brabant wallon - remplit en effet toujours sa fonction d’origine qui consistait à offrir une activité sportive aux ouvriers. "Des compétitions de tir à l’arc - sur des perches verticales - sont en effet toujours organisées sur place, comme de nombreux entraînements, confirme Bernard Remue, l’échevin de la gestion du Patrimoine rixensartois. La tour abrite également le Musée du tir à l’arc de Genval Rixensart. C’est une bonne nouvelle, car il est dans la volonté du collège de ne pas laisser l’édifice se détériorer au fur et à mesure des années."

Propriété communale depuis la liquidation des papeteries de Genval, la commune y a encore réalisé quelques petits travaux récemment. Comme la remise en ordre d’un petit local, le placement d’une nouvelle chaudière ou de nouveaux sanitaires. D’un point de vue extérieur par contre, l’édifice - en béton armé et entièrement recouvert d’ardoises artificielles rectangulaires - est en parfait état.

Signalons que le tir à l’arc sur perches verticales consiste à tirer - avec des flèches au bout évasé - sur des oiseaux factices disposés sur les dents d’une herse dont le sommet est hissé à 27,5 mètres de hauteur !

La ministre en charge du Patrimoine a officialisé le classement de la tour, apposant sa signature sur un arrêté ministériel prochainement publié au Moniteur belge. Ce qui permettra à la tour d’être classée et protégée.