Il n’y a pas eu de cambriolage le 18 octobre ni à Nivelles ni à Genappe.

Lors du dernier conseil de police, Germain Dalne a demandé au chef de la zone de police Nivelles-Genappe, le commissaire divisionnaire Pascal Neyman, un bilan de l’action "Un jour sans" qui s’est déroulée le 18 octobre dernier.

Pour rappel, il s’agit d’une opération initiée au niveau fédéral, pour lutter contre les cambriolages qui constituent un véritable fléau en Brabant wallon mais aussi dans d’autres régions du Royaume. Les zones de police font le pari d’un jour sans cambriolage et pour y parvenir, elles mènent en amont des actions de sensibilisation des citoyens, et diverses opérations ciblées le jour J.

C’est ce qui s’est passé dans la zone de police Nivelles-Genappe, qui participe à cette initiative depuis plusieurs années. À la mi-septembre déjà, des messages de prévention pour impliquer les citoyens dans la sécurité de leur habitation ont été diffusés via les réseaux sociaux. C’est que la zone est active sur Facebook, et ce canal est apprécié des habitants.

Une semaine avant le 18 octobre, ce sont les agents de quartier qui sont entrés en action, en distribuant des folders spécifiques dans leur secteur. Puis le jour même, trois quartiers ont fait l’objet d’une sorte de bouclage, avec des contrôles systématiques. Cela s’est passé à Baulers, à la Maillebotte ainsi que dans le quartier 1815, à Baisy-Thy.

Résultat ? Positif puisqu’effectivement, aucun cambriolage n’a été déclaré dans les communes de Nivelles et de Genappe le 18 octobre dernier. Pari réussi, donc.

Le chef de zone a toutefois le triomphe modeste.

"Comme cette opération a été largement annoncée, cela a pu avoir un impact sur une certaine criminalité locale, indique le commissaire divisionnaire Neyman. Pour ce qui est de la criminalité itinérante, on peut avoir des doutes. Le lendemain de l’opération, on avait un stand de prévention sur le marché. Le but, c’est d’agir toute l’année : nous travaillons par exemple avec les PLP. Et sur demande, on surveille les maisons inoccupées, pas seulement durant les vacances."