Trois patrouilles sont dédiées à la vérification des consignes contre la contamination.

La zone de police Nivelles-Genappe, comme les autres corps de police du Brabant wallon, fait désormais la chasse aux comportements qui ne sont pas conformes aux consignes destinées à limiter la propagation du coronavirus. Ainsi, durant le week-end, onze procès-verbaux ont été rédigés pour réprimer ce type d’attitude.

Il s’agissait surtout de jeunes gens qui se rassemblaient sur le parcours du Ravel pour boire un petit coup ensemble. Et lundi, les policiers ont passé la vitesse supérieure : ils ont dressé pas moins de 16 procès-verbaux.

La zone avait posé auparavant des messages très clairs sur les réseaux sociaux et si dans les premiers jours, l’approche était plutôt éducative en présumant une certaine bonne foi des citoyens qui flirtaient avec la ligne rouge, le ton a désormais changé.

"Après tous les messages que l’on entend et que l’on voit partout, on part du principe que les gens devraient avoir compris", confirme le chef de zone, le commissaire divisionnaire Pascal Neyman.

Et des moyens sont prévus pour que ça continue. Si, comme en temps normal, deux patrouilles d’intervention sont là pour les situations urgentes, trois autres équipes sillonnent le territoire des deux communes et centrent leur action sur le respect des consignes de confinement et de distanciation sociale.

Quant aux autres policiers, une partie est à domicile pour préserver des capacités et une partie des tâches administratives sont également effectuées via le télétravail. Des règles sont également respectées pour les équipes de terrain, qui disposent de gants et de masques "basiques" : maintien d’une certaine distance lorsque c’est possible, éviter de rentrer dans des habitations lorsque ce n’est pas nécessaire, etc.