Les règles en vigueur depuis quelques jours interdisent les rassemblements à plus de quatre, et imposent le port du masque en de nombreux endroits, notamment aux abords des écoles. Dans les faits cependant, tous ceux qui fréquentent les centres-villes à Nivelles ou ailleurs en Brabant wallon s’aperçoivent que ces obligations ne sont pas toujours respectées.

La zone de police Nivelles-Genappe en fait le constat également, et précise qu’il ne s’agit pas seulement de jeunes, comme certains ont tendance à le penser. Cependant, il est indéniable, avec le nombre d’écoles secondaires à Nivelles, que les rassemblements d’adolescents sont une réalité en terre aclote. Et que certains se dispensent du port du masque alors qu’il est obligatoire.

Le phénomène va peut-être diminuer avec l’abandon des cours en présentiel dans les écoles secondaires : il y aura sans doute moins d’élèves agglutinés aux arrêts de bus, à la gare ou sur la Grand-Place. Mais durant les vacances, certains auront sans doute encore envie de voir leurs copains, et ce n’est pas forcément une bonne idée.

“Nous vous rappelons que les rassemblements et le non-port du masque sont passibles d’une amende de 250 euros, et plus en cas de récidive, indique la zone de police sur les réseaux sociaux. C’est bientôt Noël, votre budget cadeaux et celui de vos parents risque bien d’être amputé si nous vous verbalisons. Il en va aussi de la vie de vos grands-parents.”

Pour le commissaire divisionnaire Pascal Neyman, la volonté n’est pas de stigmatiser les ados, mais de faire passer un message clair pour qu’ils fassent l’effort de comprendre pourquoi ces règles sont imposées par les autorités, plutôt que de tenter de les contourner.

Il s’agit donc plutôt d’un appel à la responsabilité, dans un moment où le virus circule beaucoup. Par ailleurs, contrairement à certaines informations qui circulent sur les réseaux sociaux, la police précise qu’il n’y a rien d’illégal à verbaliser un mineur d’âge s’il est en infraction…