Brabant wallon

Des camions ont même pu déjà quitter le site jeudi pour livrer les produits aux clients.


Comme l'espérait la direction de NLMK Clabecq en début de semaine, après le vote des ouvriers en faveur de la reprise des activités, le processus de production a pu être relancé ce jeudi sur le site, après plus d'un mois de grève et de blocage total. La situation jeudi soir n'était pas encore celle d'une activité normale dans l'usine, vu les contraintes techniques d'un tel redémarrage. Mais plusieurs zones ont effectivement été remises en route après la réalisation d'un audit des installations ces derniers jours, et les premiers camions ont déjà pu quitter l'usine pour livrer des produits aux clients. Quelques membres du personnel exercent toujours leur droit de grève à l'entrée du site de NLMK Clabecq mais d'après la direction, les accès ont été complètement libérés et tous les travailleurs qui le souhaitaient ont pu reprendre leur poste à 8h00 et à 14h00 ce jeudi. Mercredi déjà, environ 150 personnes étaient sur place pour préparer la reprise des activités.

Pour les responsables de NLMK Clabecq, cette reprise est un premier pas dans la bonne direction afin d'assurer la pérennité du site. Ils espèrent poursuivre à présent les discussions sur le plan industriel avec les représentants du personnel, dans un climat plus serein bien que le contexte - la direction avait annoncé à la mi-janvier son intention de supprimer 290 postes à Clabecq - reste évidemment difficile.

Un nouveau conseil d'entreprise extraordinaire est prévu vendredi pour permettre aux parties de continuer les discussions sur le plan industriel à appliquer après la restructuration annoncée. La situation restant délicate dans l'usine, aucun commentaire n'est émis à ce stade sur l'évolution de ces négociations.