Le directeur du nouvel espace d’événements ne cache pas son désarroi.

Quatre mois après son inauguration officielle, La Sucrerie a été contrainte de fermer ses portes en raison de la crise du coronavirus. Plus aucune représentation ne s’y tient depuis le 13 mars. Un arrêt soudain qui tombe mal, alors que le nouvel espace d’événements de Wavre devait encore se faire sa place dans le paysage culturel du Brabant wallon et affirmer son identité.

" C’est un coup dur puisque tout ce qui se profilait était prometteur, concède Patrick de Longrée, le directeur de La Sucrerie. Le calendrier d’occupation était bien rempli, avec beaucoup d’activités de spectacles, d’événements d’entreprise, des réunions allant de 100 personnes à 800 personnes. Cette crise nous brise dans notre envol, alors que la configuration de démarrage était extraordinaire. À tel point que de septembre à décembre, c’est complet. "

Si les activités de mars et d’avril sont toutes annulées, les responsables du hall culturel ont bon espoir que celles de mai et de juin puissent se dérouler comme prévu.

En revanche, de nombreuses écoles de danse du Brabant wallon avaient réservé des salles pour des représentations au mois de mai. Vu les circonstances, les danseurs ne pourront probablement pas répéter durant les vacances de Pâques et donc assurer leur show de fin d’année. Certaines écoles ont déjà annulé leur spectacle, d’autres comptent reporter.

Quant aux gros événements, comme Macadanse, festival international de danses folkloriques (les 26 et 27 juin) et le Wacolor, festival pour les jeunes avec Loïc Nottet annoncé en tête d’affiche (19 juin), c’est encore l’inconnu. La décision devrait tomber dans les prochaines semaines.