Elle possède un plan d’urgence depuis mardi, jour de l'incendie du château de Dongelberg.

Le récent incendie du château de Dongelberg est là pour le rappeler, les scénarios catastrophes n’arrivent pas qu’aux autres ! Et à Jodoigne, peut-être un peu plus qu’ailleurs en Brabant wallon, on ne peut pas dire que l’on a toujours été épargné par les faits divers.

Ce n’est pas pour rien que les Jodoignois sont sans hall sportif depuis le 23 juin 2016 alors que quelques années plus tôt le toit du même bâtiment s’était déjà envolé. Et puis, la cité de la Gadale a également été touchée par des inondations.

Mais, aussi bizarre que cela puisse paraître, jusqu’à ce mardi soir, la Ville de Jodoigne n’avait pas de plan d’urgence. " Par le passé, on a déjà travaillé sur ce plan d’urgence mais à aucun moment nous n’avons été en mesure de le faire aboutir, confirme le bourgmestre Jean-Luc Meurice. Voici un peu plus d’un an qu’une employée travaille sur le dossier avec un grand professionnalisme et nous avons enfin pu avancer. Je me dois de souligner le travail remarquable pour recenser tous les lieux utiles, les numéros de contact, établir toutes les procédures à suivre… "

À présent, en espérant ne jamais devoir le déclencher, Jodoigne est prête à assumer la gestion d’une catastrophe grâce à ce plan d’urgence où tout est prévu. " Nous aurons bientôt droit à des exercices d’évacuation ou de simulation de catastrophe, afin de mettre en pratique tout ce qui est actuellement théorique. Mon seul regret, je devrai à présent rester au QG pour coordonner et ne pourrai plus me rendre sur le terrain en cas de problème… "