La Ville doit faire face un à manque à gagner important, estimé à quelque 439.000 euros.

La première modification budgétaire est un exercice encore plus compliqué cette année pour toutes les communes suite à la crise sanitaire que nous venons de traverser. La Ville de Wavre s'est prêté à l'exercice et ça n'a pas été une mince affaire. " Une modification budgétaire qui a amené une large réflexion, quasiment digne d'un budget", a résumé l'échevine des Finances Anne Masson lors du dernier conseil communal.

Avec le plan de relance local et la suppression d'une série de taxes et de redevances (notamment sur les spectacles et les divertissements et sur la distribution d'écrits publicitaires), la Ville doit faire face un à manque à gagner important, estimé à quelque 439.000 euros. Il n'y a par contre pas encore d'impact de la baisse de la fiscalité, suite aux baisse de revenus d'une partie de la population frappée par le chômage temporaire. Les effets devraient se faire sentir dès 2021.

Il a fallu procéder à des dépenses qui n'étaient forcément pas prévues, comme l'achat de masques, des prestations de services d'entretien spécifique ou encore un budget pour une vaste action de communication "bien@wavre". Ces dépenses sont estimées à 481.000 euros. Si l'on additionne les ajustements budgétaires, les exonérations de taxes et le fonds de relance, on arrive à un coût total de 1,13 million d'euros.

Au budget extraordinaire, 6,5 millions d’investissements sont reportés à 2021, notamment la création de la seconde régie communale autonome et les rénovations de la salle des fêtes et de l'extension de la salle de l'Amitié. De nouveaux investissements seront par contre réalisés : la réaffectation de la salle culturelle de l'hôtel de ville et le projet de crèche au zoning Nord, notamment.