Divers aménagements sont prévus dont l’objectif principal est d’élargir les publics durant toute l’année.

Ce mardi soir, les conseillers communaux ont eu droit à la présentation du projet de schéma d’orientation local (S.O.L.) concernant les futurs aménagements du Bois des Rêves à Ottignies. Durant 45 minutes, le bureau CSD ingénieur s’est contenté de présenter les aménagements. L’idée de départ est d’augmenter la fréquentation du site durant les périodes creuses tout en diversifiant les publics. Par exemple, la Province du Brabant wallon, gestionnaire du site, aimerait tirer parti des publics scolaires durant les périodes hivernales où la fréquentation du lieu peut être divisée jusqu’à 10 par rapport à l’été. "En juillet, on recense près de 50 000 visiteurs si la météo est de la partie, a précisé Stanislas Michotte. L’hiver, on a une moyenne de 5 000 par mois. L’objectif de ce projet n’est donc pas d’augmenter la fréquentation mais de mieux la répartir au fil de l’année."

Pour y parvenir , les concepteurs pensent et redéfinissent le projet en pensant d’abord et avant tout aux visiteurs. Concrètement, le futur visiteur sera directement plongé dans le domaine dès son arrivée. "Aujourd’hui, il semble un peu perdu lorsqu’il arrive, ne sachant pas où aller, ne sachant où se trouve le point d’eau ou les activités pour enfants." La signalétique sera ainsi renforcée et mieux visible. De nouveaux accès sont prévus tant pour les piétons, les cyclistes, les voitures et les bus. Ainsi, le parking 2 de 405 places deviendra le parking principal, tandis que le parking 1 sera réservé aux PMR.

À l’intérieur du bois, la plaine de jeux sera déplacée mais avec une superficie identique. Des habitats scolaires, de jour et insolites seront aménagés ; tandis que le Musée de l’Eau sera mieux intégré et plus visible. Les VTTistes auront leur propre entrée. Plus question d’entrer via l’accès principal. Les deux-roues auront leur propre piste, ceci afin d’éviter des cheminements ou cyclistes et piétons se rencontrent. Des perches seront installées pour éviter le hors-piste. Il faut dire que près de 60 % de la superficie est classée en zone Natura 2000 !

Le futur espace piscine aura une physionomie similaire aux bassins actuels. À savoir une grande piscine de 1 200 m² (soit environ 40 mètres sur 30) munie d’un couloir pour permettre aux nageurs de s’adonner à leur sport favori tandis que le reste serait dédié au jeu.

Un second bassin pour les plus petits serait également construit.