Les prévisions météo se confirment, des précipitations s’abattent actuellement sur le Brabant wallon. L’institut royal de météorologie, rappelons-le, a émis une alerte jaune suite aux pluies abondantes annoncées à partir de ce mardi matin. Certains cours d’eau de plusieurs localités présentent un niveau inquiétant, comme le Train et le Pisselet à Grez-Doiceau ou encore le Nil à Walhain. D’autres sont sortis de leur lit, c’est le cas du Hain à Walhain, de l'Orne à Chastre et de la Néthen à Beauvechain. Les pompiers du Brabant wallon comptabilisaient 90 interventions sur le coup de 22h30, surtout dans les communes de Chaumont-Gistoux et d'Ottignies-Louvain-la-Neuve.

Le Hain est sorti de son lit, à Walhain. © Geerts

Le Train à Grez-Doiceau. © Van Dievort

Plusieurs rues de Walhain ont été fermées à la circulation, c’est le cas notamment de la rue de Saint-Paul, rue Baty du Chêne et la rue de la Culée. Cette dernière est d’ailleurs sous plusieurs centimètres d’eau suite au débordement du Hain qui la longe. Marie-Pierre y habite depuis 28 ans et n’avait jamais vu ça. "C’est la quatrième fois depuis le début du mois de juin et c’est la pire cette fois-ci. Tout a été très vite." "Il pleuvine depuis plus d’une heure et le mur qui sépare la rue du ruisseau continue d’être submergé", s’inquiète sa voisine Muriel, qui a son garage inondé. "On a l’habitude, il y a des sacs de sable mais ça ne suffit pas. Ma cave, je ne l’utilise plus car elle se retrouve chaque fois sous eau."

Muriel et Marie-Pierre dans la rue de la Culée. © Geerts

Le début de la rue du Joncquoy bien arrosé. © Geerts

Un peu plus haut, à la rue du Joncquoy. Virginie voit dévaler des torrents de boue depuis les champs à côté de chez elle. "On avait préparé la pompe ‘vide cave’ pour évacuer l’eau avant que ça ne rentre dans la maison. On a de la chance cette fois, ça reste dehors, sourit-elle. On a déjà été inondé cinq fois depuis début juin et on a dû vider et nettoyer autant de fois la citerne d’eau de pluie de 7.000 litres."

Du côté de Beauvechain, dans le village de Nodebais, l'eau s'est carrément invitée dans la maison de Brigitte, qui habite la rue de la Liberté. La riveraine a été surprise par les coulées de boue provenant des champs alentour. "Ça a été très vite, en une demi-heure, toute l’eau a envahi tout le rez-de-chaussée, soupire l'habitante qui subit des inondations pour la deuxième fois en un mois. Tout est foutu : le salon, la salle à manger, le lave-vaisselle, le séchoir, et même le four. J'ai dû tout nettoyer au tuyau d'arrosage."

Le salon de Brigitte dévasté. © D.R.