Brabant wallon Plusieurs communes ont mené des actions dans le cadre des 1 000 km du Fair-Play.

Innover, marquer les esprits, unifier, souder, tels sont les maîtres-mots que s’est donné le Panathlon Wallonie-Bruxelles en se lançant un pari un peu fou ! "En effet, au travers de cette deuxième édition des 1 000 km du Fair-Play, l’objectif est d’aller à la rencontre de ceux qui soutiennent et partagent les valeurs qui sont notre cheval de bataille depuis plusieurs années maintenant et de tisser la toile du fair-play en Wallonie-Bruxelles ", indique Philippe Housiaux, président du Panathlon Wallonie-Bruxelles.

De jeudi à dimanche, les actions ont été multipliées dans les communes partenaires mais aussi les clubs comme le Watducks. Chacun y allant de son initiative et évoquant d’ailleurs même déjà des idées puisque, ne dit-on pas jamais deux sans trois ? " Au Watducks, on nous a suggéré l’an prochain de commencer encore un jour plus tôt, et de convier les enfants à l’action. Il est vrai que de nombreux clubs sportifs ont leurs entraînements ce jour-là ! C’est une idée que je retiens !"

Un président tout heureux de la créativité des partenaires pour cette édition. "De l’engouement et de la créativité en vue de proposer une belle vitrine du fair-play, de quoi inciter, j’en suis convaincu, d’autres partenaires à nous rejoindre."

Les différents itinéraires du relais des 1 000 kilomètres, qui font en fait véritablement… 1 700 kilomètres, passaient par différentes communes où des relayeurs apportaient leur contribution. À Ottignies, une personnalité de choix en la personne de Thierry Zintz, vice-président du COIB et président du Panathlon Belgique, qui a rappelé l’importance de cette journée car "on ne tape jamais assez sur le clou pour rappeler que le sport est un vecteur de valeurs humaines comme le respect de l’autre, de l’effort de l’autre".

© saublens

À Rebecq, qui accueillait un départ ce dimanche matin, c’était aussi l’occasion de rendre hommage à Max Marsille, olympien, décédé le 4 août dernier à l’âge de 88 ans, présent aux jeux d’Helsinki en 1952.

À Grez-Doiceau, on a proposé une idée originale très appréciée du panathlon : l’inauguration du rond-point du Fair-Play ! L’échevine Julie Roméra a expliqué que Grez-Doiceau adhère au Panathlon en vue de mener diverses actions pour promouvoir les valeurs véhiculées par le fair-play, comme l’entraide, la solidarité, l’esprit d’équipe… Avec ce giratoire symbolique, plus personne ne pourra ignorer, en prenant part à son sport au sein du complexe sportif voisin, que le respect doit faire partie de la pratique. "Cette idée est destinée à faire en sorte que ces valeurs soient concrètement représentées."

© saublens