L’opposition était restée muette jusqu’à ce mardi par rapport au départ du président du collège provincial. C’était peut-être pour mieux préparer leur charge : les conseillers provinciaux CDH sont en effet loin d’être tendres avec Mathieu Michel.

Les humanistes se disent surpris de ce départ soudain pour le niveau fédéral alors que la Province va faire face à des réformes et des défis de taille. "Nous sommes d’autant plus surpris que l’institution provinciale se trouve à un moment charnière, expliquent-ils par voie de communiqué. On peut citer le programme de relance, annoncé récemment en grande pompe par le président du collège ; l’évolution de l’institution provinciale, imposée par la réforme du financement des zones de secours voulue par les MR-PS-Ecolo du Gouvernement wallon et combattu par les MR-PS de la Province ; les grandes difficultés financières de l’ISBW ou encore les débuts du Cube, considéré comme le bébé de l’ex-président du collège…"

Quant au remaniement du collège provincial, les élus CDH estiment qu’il s’agissait d’une opportunité pour réduire le nombre de députés provinciaux… à trois. "Alors que l’on sait que l’horizon financier s’annonce incertain et difficile, un geste fort et symbolique doit être posé. Pour le CDH, le MR ne doit pas désigner de nouveau député provincial mais juste remplacer le président. Privilégier un collège de 3 membres plutôt que 4 permettrait de faire d’importantes économies sans toucher à l’efficacité d’action du collège."