Le recours de la commune de Grez-Doiceau a été rejeté par Willy Borsus.

Le ministre de l’Aménagement du territoire Willy Borsus (MR) a donc pris sa décision en date du 27 septembre : le permis d’urbanisme autorisant la construction du contournement Nord de Wavre est maintenu, moyennant le respect de conditions déjà formulées dans la décision de la fonctionnaire déléguée du 27 mai : aménagement d’une piste cyclable, compensation des exploitants agricoles, gestion des compensations environnementales, etc.

Pour rappel, fin mai, cet épineux dossier franchissait une nouvelle étape malgré 4 000 réclamations lors de l’enquête publique. La fonctionnaire déléguée du Brabant wallon confirmait l’octroi du permis d’urbanisme pour la construction de cette voirie de 3,5 kilomètres entre le rond-point de la Noire Épine dans le zoning Nord de Wavre et la N25 à Doiceau.

Fermement opposée au projet, la commune de Grez-Doiceau avait décidé d’introduire un recours auprès du ministre compétent. Ecolo Grez-Doiceau est effaré d’apprendre la confirmation de ce projet " inutile, coûteux et destructeur, sans prise en compte des alternatives". "La décision ministérielle n’apporte aucun élément neuf, se contente de reprendre l’argumentation de la fonctionnaire déléguée et ne répond que partiellement aux objections émises dans le recours de la commune de Grez-Doiceau. Nous appuierons tout moyen permettant de s’opposer encore à la réalisation de ce projet routier aberrant, notamment tous les recours au Conseil d’État, qui ne manqueront pas d’être déposés, et appelons tous les citoyens et les citoyennes à participer à la chaîne humaine du 13 octobre afin de clamer haut et fort ‘Non au contournement Nord de Wavre ."

La réaction de Sybille de Coster-Bauchau (MR), cheffe de file de l’opposition Alliance communale à Grez-Doiceau, est forcément différente : " Je me réjouis de la décision de Willy Borsus qui démontre que notre position depuis le début dans ce dossier tient la route. Il s’agit d’une route pour l’emploi, elle va désengorger Wavre et faciliter la mobilité."

 "Le résultat d’arrangements politiques"

Alain Clabots, bourgmestre de Grez-Doiceau

Comment avez-vous accueilli le courrier du ministre ?

"Nous ne sommes pas heureux du tout. Ce projet est une aberration, cela va être un véritable coup-de-poing dans le paysage avec un viaduc qui va surplomber de 5 mètres. Alors que les bienfaits n’auront pas lieu pour Wavre, sans parler du fait que Gastuche et Grez-Doiceau vont se retrouver engorgés avec ce trafic."

Vous attendiez-vous à cette décision ?

"C’est le résultat d’arrangements politiques au détriment du citoyen. C’est le MR qui accepte au gouvernement de ne plus créer de nouvelles routes et, en échange, Ecolo accepte ce contournement."

Quelles sont les possibilités à présent ?

"Je ne doute pas un seul instant que le collège puis le conseil accepteront d’aller au Conseil d’État."