Un voleur avait espéré que son manège ne serait pas repéré : huit mois de prison.

Le secret des coups d’audace réussis, c’est sans doute de croire que tout ira bien. Ne dit-on pas aussi "plus c’est gros, plus ça passe" ? Sans doute adepte de cette méthode, Marcel, qui n’a pas d’adresse connue en Belgique, a tenté le tout pour le tout, en février 2019, alors qu’il déambulait dans les rayons d’un magasin de Waterloo.

Il s’est emparé d’une foreuse et, ni vu ni connu, il l’a fourrée dans son pantalon pour passer les caisses sans payer. Marcel, qui a pratiquement 40 ans, a été intercepté et la police locale a été appelée sur place. L’homme a été interrogé et on l’a prié de décliner son identité. Et à nouveau, il a tenté un gros coup : il a sorti un titre de séjour qui n’était pas à son nom. Les policiers ne pouvaient pas le savoir mais le document comprenait aussi une photo et le visage que l’on pouvait voir sur celle-ci ne ressemblait manifestement pas à celui du suspect.

Caramba, encore raté ! Marcel a dû avouer que le titre de séjour n’était pas à lui, mais à un de ses amis. Il avait "emprunté" ce document une année auparavant et finalement, il ne l’a pas rendu à son légitime propriétaire.

Il est vrai que de faux papiers d’identité, lorsqu’on a l’habitude de commettre des vols - le gaillard a déjà des antécédents -, ça peut toujours servir. Mais dans ce cas-ci, vu les circonstances dans lesquelles il est entré en possession de ce titre de séjour et l’a ensuite utilisé, cela n’a eu qu’un effet : ajouter des préventions d’abus de confiance et de port public d’un faux nom à celle de vol.

Marcel n’est pas venu s’expliquer devant le tribunal correctionnel et en son absence, le ministère public avait requis une peine de six mois de prison. Le tribunal se montre plus sévère : huit mois d’emprisonnement ferme et une amende de 560 euros.

V.F.