Le Domaine du Blé a vécu sa dernière soirée ce vendredi avec la “Ladies night”. Les gérants espèrent que cela ne sera pas la dernière de l’année, mais ils sont peu optimistes. “On nous promet quatre semaines, on n’y croit pas. Le manque de personnel soignant est un problème de fond et cela ne se réglera pas en quelques semaines. On va certainement aller plus loin dans les fermetures, ce n’est que le début”, soufflent Sandrine Niclaus et Chris Benoit.

Le couple ne s’attendait pas à une telle décision, alors que les règles sanitaires ont été renforcées pour le monde de la nuit. “Ça a été un choc pour nous, je ne pensais pas qu’avec le CST +, ils allaient encore nous incriminer, enchaîne Chris Benoit. On s’est rendu compte que le CST n’était pas suffisant, ils ont sorti le CST + et l’autotest à l’entrée, ce qui a été une réussite totale. Pour preuve, je fais partie d’un collectif de boîtes de nuit, et sur sept établissements, on n’a eu que deux cas positifs seulement. C’est ce qu’on réclamait depuis mars 2020.”

Chaque année à pareille époque, l’agenda du Domaine du Blé est bien rempli. Entre les fêtes du personnel et les événements de fin d’année, les soirées s’annonçaient chargées, tant en semaine que le week-end. En tout, une trentaine de réservations, variant de 50 à 120 personnes, étaient prévues en décembre. Les entreprises ont toutes annulé les unes après les autres, avant même le comité de concertation. “La fin d’année est l’une des périodes les plus importantes de l’année et on avait prévu des événements avec beaucoup d’entreprises. C’est une perte de chiffre d’affaires énorme, c’est une catastrophe. On a heureusement de bonnes relations avec nos clients et on espère pouvoir récupérer une partie de ce manque à gagner.”

Quant à la fin du mois, c’est encore le flou : même si le gouvernement annonce le 15 décembre une réouverture des boîtes de nuit, ce sera tout juste pour se procurer les produits nécessaires pour les repas de Nouvel An.