Les petits modules de jeux à côté du stade Justin Peeters, à Wavre, feront bientôt place à une vaste plaine de jeux inclusive, dotée notamment d’un skatepark. Ce projet d’envergure devrait voir le jour courant 2023.

L’idée est en gestation depuis de longs mois et a suscité des débats parfois animés au conseil communal. Il s’agit en fait du mariage entre le projet de plaine de jeux que la Ville avait présenté en 2018 et celui porté par Aline Streuve, une Wavrienne dont le projet de plaine inclusive – c’est-à-dire accessible aux personnes porteuses d’un handicap mais également aux personnes âgées, isolées et aux familles – a été retenu suite à un processus de participation citoyenne. À l’époque, l’opposition n’avait guère apprécié cette “récupération” du projet citoyen – et par la même occasion du budget participatif – dans le projet communal.

Mais soit, le projet a mûri, au fur et à mesure des rencontres avec des citoyens et une demande de permis sera finalement déposée au mois de mai. Les autorités communales espèrent un début de chantier début 2023 pour une concrétisation cette même année. Le projet est ambitieux : proposer sur une surface d’environ 800 m² des terrains multi-sports, des modules de fitness, des parcours santé et sensoriel pour les malvoyants, ainsi que des sanitaires.

© Constructo-Concept

Mais ce n’est pas tout : s’adjoindra à côté de cette plaine de jeux un skatepark de la même dimension. Il ne s’agira pas de quelques modules, mais bien de rampes et d’une fosse dans laquelle les jeunes – même en chaise roulante – pourront faire des figures. Il sera réalisé par Constructo, une société marseillaise spécialisée dans la construction de skateparks, sur base des discussions menées avec la Maison des jeunes de Wavre, Vitamine Z. “Un peu par hasard, lors d’une visite, on a découvert le skatepark de Mons et on a été séduit par la conception. On a immédiatement pris contact avec le constructeur”, explique Gilles Agosti, échevin de la Jeunesse.

Le coût total du projet est estimé à 1,3 million d’euros, normalement entièrement pris en charge par la Ville.

© Constructo-Concept