Angelina ne décolère pas : la commune a retiré son lilas du jour au lendemain…

en 2006, Angelina Dipaola emménageait dans la rue Marais à Scailles à Rebecq. En face de chez elle, un bac à fleurs, laissé à l’abandon. Pour elle, pas question de laisser ça comme ça. À ses frais, elle a donc décidé de s’en occuper pour apporter un peu de gaieté et de couleurs dans la rue. "J’ai demandé au bourgmestre, Monsieur Legasse, si je pouvais y planter un lilas. Il m’a dit qu’il n’y avait pas de souci tant que c’était entretenu et que cela ne posait pas de problème", explique Angelina.

Malheureusement pour elle, même si ces recommandations ont été suivies à la lettre, c’était le début de la fin. "Début septembre, j’ai reçu une lettre de la commune m’expliquant qu’il fallait retirer cet arbre car il gêne le voisinage. Visiblement, le lilas gâche leur vue mais pourtant, il n’est pas grand, bien entretenu et ne gêne pas la circulation."

Suite à cette lettre, Angelina a interpellé la nouvelle bourgmestre, Patricia Venturelli, afin de lui demander s’il n’était pas possible de trouver une autre solution que d’enlever cet arbre. "Elle m’a répondu de lui envoyer rapidement une lettre avec mes arguments. J’ai eu quelques problèmes de santé suite à une altercation avec ces voisins justement, ce qui a retardé l’envoi de ma lettre. Je l’ai finalement envoyée mais je n’ai jamais eu la moindre réponse de la part de la commune."

Pensant peut-être que tout était réglé, Angelina a eu une drôle de "surprise" le mardi 19 novembre dernier. "Comme souvent, je pars un peu avant midi pour aller aider dans une école et quand je suis revenue à 2 h 20, l’arbre avait disparu. Tout a été arraché et j’ai l’impression qu’on a vite fait ça pendant que j’étais partie."

Une manière de faire que déplore totalement Angelina qui ne comprend pas non plus pourquoi le voisin qui se plaint a eu gain de cause. "Cette manière d’agir, c’est mesquin et pour ce voisin, c’est lui donner raison alors qu’il n’y en a pas ! Ils ont décidé d’enlever ce lilas sans même me prévenir mais qu’ils ne m’envoient pas la note", conclut Angelina qui ajoute qu’elle ne s’occupera plus de ce bac à l’avenir !

Venturelli : 'Le lilas a été replanté ailleurs'

Du côté des autorités communales, Patricia Venturelli, la bourgmestre, explique la situation. "Une autorisation avait été accordée en son temps mais il y a eu des plaintes du voisinage. Nous avons pris contact avec la personne qui s’en occupe qui a réagi en demandant qu’il soit alors déplanté et replanté ailleurs. Ce qui a été fait car il se trouve entre la grange et la commune."

Quant au conflit de voisinage, "les deux protagonistes ont dit qu’ils allaient venir avec des plaintes des voisins. Quoi qu’il en soit, à terme, le lilas aurait pu endommager la structure du bac et il était préférable de le retirer", conclut Patricia Venturelli.