Le président du CPAS Benoît Magos réagit aux inquiétudes soulevées par l’opposition.

Après la sortie médiatique de l’Alliance communale et de sa cheffe de file, Sybille de Coster Bauchau, s’inquiétant de l’avenir du home Renard après avoir eu des contacts avec le cabinet du ministre, le président du CPAS Benoît Magos a donc réagi. " Je n’aime pas cette diabolisation du dossier qui fait peur aux pensionnaires et au personnel ."

Autant l’écrire de suite, la majorité compte bien assumer ses engagements. Tout d’abord avec le coût du financement. " Nous nous sommes engagés à ne pas dépasser les 11 millions d’euros dans ce dossier et nous nous y tiendrons. Oui, 361 000 euros ont été dépensés pour l’auteur de projet. Mais dans notre option on ne doit plus dépenser 600 000 euros pour la destruction du bâtiment existant ! À nos yeux, le choix est fait, il n’y a pas photo ! "

Autre confirmation apportée par Benoît Magos, le délai de réalisation du nouveau home qui sera érigé aux Cinq Bonniers. " Ce sera au plus tard pour la fin 2024, voire un peu plus tôt, et pourquoi pas au printemps ! "

Afin d’y parvenir, il faudra néanmoins obtenir des prolongations de dérogations… "En ce qui concerne les chambres de trois et quatre lits, on sait que la dérogation est assortie au fait d’avoir un projet ferme et définitif avant la fin de l’année. Soyons clairs, ce ne sera pas le cas. Mais notre dossier a été envoyé à l’Aviq, complet, avec le nouveau projet de home mais aussi la demande pour les lits. On espère que le ministre comprendra et permettra de garder ces chambres."

Pour ce nouveau home , il faudra aussi avoir des lits alors que, là aussi, le temps presse. " On doit en effet refaire une nouvelle demande. Mais cette situation est un héritage du passé. On est, là aussi, confiants ! La zone est en déficience importante de lits publics. Et ceux-ci sont favorisés par rapport aux lits privés. On comprendrait mal que ceux-ci ne nous soient pas accordés. "