Il y a quelques jours, les peintres de la Ville se sont attaqués aux tags fort peu artistiques qui “ornaient” les murs du passage sous voies, à la gare de Nivelles. Ils ont entièrement remis en blanc tous ces murs. Ce qui avait d’ailleurs donné lieu au placardage d’une affiche signée “Les usagers du petit pont qui pue”, et qui demandait aux tagueurs de faire plutôt de l’art et de la couleur en ces temps de pandémie.

En réalité, de la couleur, les usagers vont en découvrir ce lundi en empruntant le passage. Un artiste nivellois, Sébastien Theys, a peint sur les murs redevenus blancs des motifs abstraits durant ce long week-end et les membres du comité de quartier “Gareauchateau” ont également mis la main à la pâte : ils avaient lancé un appel aux volontaires pour récupérer des restes de peinture chez les particuliers, afin de colorer les pavés du passage sous voies pour former une sorte de mosaïque.

© Geerts

Le tout s’inscrit dans le projet “ArtinSitu” lancé par le Centre culturel de Nivelles, visant à rapprocher l’art du public dans la ville, et à relancer les arts plastiques en terre aclote. Une autorisation avait été demandée à Infrabel, qui a marqué son accord. La Ville de Nivelles a fourni une partie du matériel, et l’artiste a été sélectionné sur appel à candidatures, à la fois par le Centre culturel et le comité de quartier.

Nous avons proposé à différents comités de quartier officiellement reconnus de participer à ce projet, et cinq ont répondu positivement, précise l’échevin de la culture, Grégory Leclercq. L’idée est que les citoyens s’approprient une œuvre, qui exprimera l’identité de leur quartier. Ici, les couleurs et cette mosaïque évoque la diversité, à la fois des gens qui habitent dans les environs et de ceux qui empruntent le passage.”

Une autre œuvre est prévue à Bornival, deux dans le quartier du Petit Baulers, et encore une du côté du square Delcroix. Il y aura des sculptures, de la peinture sur panneau, des vitraux… L’ensemble formera une sorte de parcours artistique à boucler à pied ou à vélo, et qui sera inauguré à la fin du mois de juin en présence de comédiens qui assureront la médiation entre les œuvres, le public et les lieux.