Pas moins de 300 techniciens et ingénieurs, ainsi que 40 engins sont mobilisés cette semaine entre la gare d’Ottignies et la bifurcation vers Louvain-la-Neuve, ce qui représente 2,5 km de zone en chantier. Ils procèdent à l’installation de cinq nouveaux aiguillages longs de 120 mètres. Le premier a été posé ce mercredi matin, en présence des ministres wallon et fédéral de la mobilité, Philippe Henry et Georges Gilkinet. Ces aiguillages permettent aux trains de changer de voie en maintenant une vitesse de 90 km/h. En 2023, cette portion de la ligne 161 "Bruxelles-Namur" sera la première de Wallonie à passer de deux à quatre voies.


La pose des deux voies supplémentaires est programmée aux alentours du mois de juin. Le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel avait négocié avec la SNCB une interruption du trafic des trains du 13 au 21 février pour avancer sur ce chantier essentiel.

Durant cette interruption du trafic ferroviaire de neuf jours lors du congé de détente (Carnaval), des terrassements ont été réalisés pour renforcer l'assise des voies. Environ 7.000 tonnes de terre et de ballast ont été évacuées pour les remplacer par de nouvelles fondations plus stables.

260 trains par jour en semaine

C’est la première fois que des travaux imposent une interruption aussi longue du trafic. En temps normal, 260 trains de voyageurs et 25 trains de marchandises y passent par jour en semaine. Pour minimiser les impacts sur les voyageurs, la SNCB a mis en place plus de 300 bus de remplacement durant l’interruption.

"D'une longueur de près de 120 mètres, ces aiguillages - parmi les plus massifs fabriqués par Infrabel - permettent aux trains de changer de voie en maintenant une vitesse de 90 km/h. Ils sont donc des pièces-maîtresses en vue d'augmenter la capacité d'une ligne. La pose des voies à proprement parler commencera en juin 2021", a précisé le gestionnaire du réseau.

Sur place, le ministre fédéral de la mobilité Georges Gilkinet s'est dit heureux de voir que le changement est en cours pour faire du rail la "colonne vertébrale de la mobilité de demain". Il a souligné l'approche "tronçon par tronçon" adoptée pour la relance des travaux RER, et qui permet aux voyageurs de profiter des travaux réalisés sans attendre que l'ensemble d'une ligne soit opérationnelle.

La portion du rail entre la gare d'Ottignies et la bifurcation de Louvain-la-Neuve sera la première à passer à quatre voies, fin 2023. Suivra en 2025 le tronçon entre la gare de Watermael et l'entrée de La Hulpe.

"La mise à quatre voies apportera un bénéfice significatif pour tous les clients circulant entre Namur et Bruxelles et permettra, à terme, d'augmenter la fréquence des trains S entre Ottignies et la capitale. La dernière portion, entre La Hulpe et Ottignies, sera dotée de ses quatre voies fin 2026", conclut Infrabel.