Il y a un peu plus d’un mois, Benoit Langendries, conseiller communal RC, proposait d’installer des détecteurs de CO au sein des établissements scolaires. L’idée : garantir un air de qualité aux élèves mais également aux enseignants en cette période de crise sanitaire. Lors du conseil de ce lundi, il est revenu à la charge et a obtenu des réponses intéressantes. “Comme nous l’avions expliqué, nous avons contacté les directions des écoles afin de faire le point sur la situation, explique Mourad Abdelali, l’échevin de l’Enseignement. Nous aurions besoin de 30 détecteurs pour Oisquercq, 65 pour Saintes, 60 pour Clabecq et 17 pour l’Académie.”

Après une étude de marché, il s’est avéré que le prix du détecteur le moins cher était de 125 euros. “Au total, nous aurions besoin de 172 détecteurs ce qui représente un budget de 21 500 euros hors TVA.” Mais les stocks disponibles sont de plus en plus rares alors que les autorités communales doivent encore interroger les écoles des autres réseaux. “Des contacts vont être pris dès lors que nous connaissons les prix, enchaîne Michel Januth, le bourgmestre. Nous allons voir si les écoles sont intéressées car nous n’allons pas l’imposer non plus. Maintenant, si on veut être prêt pour la rentrée, il va falloir aller vite. Nous avons eu quelques contacts pour des appareils mais les délais sont longs.”

D’autant qu’à présent, les autorités communales doivent attendre les retours des autres réseaux quant à cette éventuelle installation. “Il faut attendre d’avoir toutes les informations pour faire une commande groupée ce qui permettra d’avoir des prix intéressants”, conclut Michel Januth. Une installation pour septembre semble compliquée mais le projet est en tout cas sur les bons rails, ce qui est déjà une bonne nouvelle.