LOUVAIN-LA-NEUVE

Des plants de tomates et de… cannabis ont poussé sur la vase asséchée

ENVIRONNEMENT Ceux qui fréquentent régulièrement les abords du lac – asséché – de Louvain-la-Neuve l’auront remarqué : la boue a fait place à un champ fleuri à un endroit où, il y a un an, les carpes évoluaient dans 85.000 m³ d’eau. Mais dans quelques semaines, le lac, créé dans les années 80, sera à nouveau rempli. Depuis novembre, on a pratiqué la “technique du fainéant” : laisser faire la nature, afin d’obtenir une eau plus propre et davantage de biodiversité sur le site.

Une étape du chantier consistait d’abord à minéraliser la vase qui est d’habitude à l’abri de l’oxygène, explique Jean-Claude Mangeot, l’un des responsables du projet. Au contact de l’air, elle devient fertile, mais cela prend du temps. Trois mois environ . Et six pour que la terre accepte que les graines germent. Il y a aussi eu une érosion pluviale, éolienne…”

Sur le fond du lac, le garde forestier a fait pousser un champ fleuri et l’on trouve aussi des iris, des roseaux… Plus insolite, des plants de tomates et de cannabis ont poussé ! “C’est la nature qui a tout fait. Moi je ne suis qu’un simple observateur, il faut juste laisser la nature faire son boulot !”

Le prochain stade du chantier, consistera encore à observer ! “On va laisser les plantes mourir, avec l’automne. Mais pas complètement. On attend qu’elles se flétrissent et on les mettra sous eau pour qu’elles y pourrissent.”

Un substrat extrêmement riche se déposera sur le fond. D’autres plantes pourront alors se développer. “Après la remise sous eau, on plantera des nénuphars et d’autres végétaux aquatiques.”

Des lagunages seront mis en place. Des roseaux massettes ou des phragmites auront pour mission de bloquer les sédiments, et de filtrer l’eau. Six petites îles flottantes de 3 m2 seront construites pour attirer la faune. Notamment les poissons qui accrocheront leurs œufs aux racines. L’endroit sera aussi idéal pour la nidification des oiseaux, LLN étant un lieu de passage migratoire. Quant aux poissons, la date de réintroduction doit être discutée avec les pêcheurs.

La remise sous eau est prévue entre mi-septembre et mi-octobre. Selon les précipitations, le lac devrait mettre une à deux semaines pour retrouver son niveau initial.



© La Dernière Heure 2010