Bien sûr, le groupe Jolimont travaille au projet de construction d’un grand hôpital moderne sur le territoire de Nivelles, et qui pourra desservir toute une région. Mais il s’agit d’un dossier à concrétiser dans plusieurs années et en attendant, les investissements ne peuvent pas s’interrompre sur le site actuel.

Un master plan visant à améliorer l’ensemble de l’activité prévoit une série d’actions, comme la création d’une nouvelle unité de gériatrie, d’une salle polyvalente pour la rééducation, la modernisation du plateau oncologique ou encore l’agrandissement de l’autodialyse. Mais la toute première étape de ce plan concerne le service des urgences.

En ces temps de pandémie, il est moins fréquenté et depuis des années, les responsables du groupe Jolimont estiment qu’ils pourraient faire mieux, au moins en termes d’image. Une réflexion a été menée en interne et le service actuel va connaître, d’ici quelques jours, le début de travaux importants de rénovation. On parle de nouveaux sas, de salles d’attente plus accueillantes…

Si tout se passe comme prévu, les urgences aclotes modernisées accueilleront les patients en septembre ou en octobre. En attendant, pas question d’interrompre ce service essentiel : des modules Portakabins dont l’aménagement est en voie de finalisation ont été installés sur le côté de l’hôpital. C’est là que seront provisoirement dirigés les patients, avec un maximum de confort et évidemment tout l’équipement requis pour les soins.

Mais ce besoin de renouveau ne concerne pas que les infrastructures. L’organisation a également été repensée avec la présence d’un médecin régulateur qui sera chargé de gérer le flux des patients aux urgences. Un infirmier d’accueil assurera pour sa part la prise en charge initiale, pour prioriser les cas en fonction du degré de gravité des pathologies.

Il y a également du neuf dans l’équipe, avec le Dr Vanessa Wauters qui dirige le service depuis quelques mois, et le renfort du médecin urgentiste Denis Rans, qui est Nivellois.