La file est parfois longue devant cette maison de Wavre. Cette scène étonnante se répète deux fois par semaine dans un quartier résidentiel sur les hauteurs de Limal. L’objet des convoitises ? Les fromages au lait de chèvre du jeune Basile. Dès le plus jeune âge, Basile Vanderaa souhaitait s’occuper d’animaux. À 11 ans, il adopte ses premières chèvres et se forme dans la Ferme de la Baillerie (Bousval) où il passe la moindre journée ou après-midi de congé. "La chèvre est un animal sociable et affectueux, qui est très amusant à élever. J’ai tout appris dans cette ferme : le nourrissage, la traite, la transformation et la production de fromages. J’ai eu pas mal de difficultés au début pour fignoler mes propres recettes, d’autant que je le faisais dans la cuisine de mes parents qui n’était pas adaptée aux températures et à l’hydrométrie nécessaires", nous précise Basile.

Avec les années, la chèvrerie s’étend avec le nombre de pensionnaires. L’été dernier, Basile - alors âgé de 16 ans - et son père construisent dans le jardin une petite fromagerie - respectueuse des normes de l’Afsca - pour vendre ses produits aux habitants de la région et couvrir ses frais de fonctionnement. Chaque jour, ses 10 chèvres produisent près de 30 litres de lait, de quoi produire une cinquantaine de fromages qu’il propose sous différentes formes (nature, au miel, épicé, aux fleurs…).

Malgré le succès rencontré, le chevrier n’a pas la folie des grandeurs : "Je veux rester dans une logique de production locale et alternative. Mon seul moyen de communication et de marketing est la page Facebook ‘La chèvrerie de Basile’. Et cela me suffit, car je n’ai généralement plus de fromages à vendre après 1 h 30 d’ouverture de mon petit magasin. C’est très gratifiant et motivant de voir que la demande est supérieure à l’offre. Le bouche-à-oreille a très bien fonctionné."

Admiratif de son fils, le père de Basile se réjouit de cette aventure : "J’ai travaillé dans une multinationale. Ici, on assiste à notre propre transition vers un monde plus durable. Le projet de Basile a tout son sens et je suis heureux qu’il le porte depuis qu’il est tout petit."

Le projet du jeune Basile est aujourd’hui porté par toute sa famille, tant elle est motivée par l’enthousiasme du jeune homme.