Mardi soir, les élus de Genappe ont voté différentes taxes. Après les augmentations de l’an dernier, rien ne bouge pour 2021. L’IPP reste à 7,5 % et les additionnels au précompte immobilier stagnent à 2.200. Pas d’augmentation non plus du prix du sac et de la taxe sur le traitement des déchets, mais il s’en est fallu de peu.

En effet, alors que les révisions votées en 2019 avaient fait du bruit, les recettes permettent de couvrir tout juste 95 % des dépenses estimées pour 2021. Alors que le principe du coût-vérité, imposé au niveau régional, exige que les recettes se situent dans une fourchette fixée entre 95 % et 110 % des dépenses de collectes et de traitement de déchets. Genappe est donc à la limite inférieure.

Évidemment, ce montant de dépense n’est qu’une estimation mais la Ville constate, en recevant les chiffres de l’intercommunale inBW, que les coûts augmentent chaque année de manière importante. Alors que le montant était de 898.000 euros pour 2020, on passe à 971.000 euros en 2021. Le parc à conteneurs, par exemple, coûte chaque mois 30.000 euros à la Ville.

Pour l’opposition, il est temps d’agir sur un autre levier : la réduction de la quantité de déchets, via une sensibilisation encore plus importante de la population. Chaque ménage à Genappe produit pour l’instant 146 kilos de déchets par an en moyenne.

On parle de l’impact financier pour les citoyens et la commune, mais il y a aussi l’impact environnemental : il faut passer à la vitesse supérieure dans la sensibilisation”, a affirmé Anne Beghin pour Écolo.