Depuis le début de la semaine, les cinq écoles fondamentales communales de Wavre se retrouvent sans direction. Les directrices de l’École Vie, de l’Amitié, de l’Orangerie, de l’Île aux trésors et du Par-Delà l’Eau ont toutes remis, en même temps, un certificat médical qui court jusqu’à la fin de la semaine. Ce n’est évidemment pas un hasard du calendrier.

Nos confrères de Sudpresse ont relayé ce jeudi un courrier d’un lecteur qui indiquait que la démarche faisait suite à des “rapports difficiles avec l’administration communale”. Le moment choisi a de quoi surprendre, alors qu’on connaît les difficultés dans les établissements scolaires, qui doivent appliquer le protocole sanitaire. Sans compter les éventuelles contaminations parmi le personnel.

À la Ville, on confirme l’absence des directrices. “Les directrices sont absentes, le collège et l’administration communales prennent les dispositions, indique l’échevine de l’Enseignement Kyriaki Michelis sur un ton qui en dit long sur le malaise ambiant. Je réitère la confiance dans toutes les équipes et dans toutes les écoles communales.”

En l’absence des directrices, ce sont les équipes pédagogiques qui assurent la relève. C’est donc contraints et forcés que des enseignants jouent les directions f.f. durant toute la semaine. “J’ai été sur le terrain mardi matin et tout se déroule bien, même les équipes sont fatiguées, précise encore l’échevine. D’un point de vue sanitaire, tout est en ordre. Les remplaçants font ça très bien.

Ce n’est pas la première fois que les directrices wavriennes font part de leur ras-le-bol depuis le début de la crise sanitaire. On se souvient qu’en mai, l’annonce de la date des rentrées des primaires et des maternelles avec un timing très serré avaient fait bondir les responsables de l’École Vie, de l’Amitié et de l’Orangerie.

Véritables tensions avec le pouvoir organisateur ou colère face aux mesures parfois contradictoires et inégales, notamment par rapport au secondaire ? On n’en saura pas plus auprès des directions qui n’ont pas répondu à nos sollicitations.