Ce mardi après-midi, les bénévoles du Comac ont organisé la quatrième journée de distribution de colis solidaire au Foyer à Louvain-la-Neuve. Cette action de solidarité a débuté il y a quatre semaines et sous l’initiative de ce mouvement étudiant. « Notre objectif est de montrer que la crise ne va pas se résoudre par l’individualisme », explique Cédric Batslé, un bénévole. Ce dernier a remarqué une augmentation de participations d’habitants et d’étudiants lors des distributions chaque mardi après-midi. « Nous avons un malheureux succès », ajoute-t-il. Ce mardi, 80 étudiants s’étaient inscrits, mais ces derniers peuvent également venir sans inscription préalable.

La précarité estudiantine est une réalité, mais selon Cédric Batslé, elle est oubliée par le gouvernement. « Nous demandons des mesures plus fortes à la ministre de l’enseignement Valérie Glatigny. Mais il n’y a pas que l’argent, nous voulons que le minerval soit diminué, et que les étudiants qui ont perdu leur job bénéficient d’un chômage », ajoute le bénévole. Selon ses dires, 30 % des étudiants payent leur études grâce à cela. « La crise a révélé les problèmes dont souffraient déjà l’université », dit Cédric Batslé. Il voudrait également demander plus de soutien à l’UCLouvain durant la période d’examen qui approche, que ce soit financièrement ou en personnel pour perpétuer les distributions. « Si nous collaborons ensemble, nous serons plus fort », ajoute le bénévole.

La plupart des vivres sont collectés grâce aux dons de particuliers devant les supermarchés. Le magasin Farm et certains Delhaize franchisés n’hésitent pas à leur donner les invendus. Dans les colis, on trouve du riz, des pâtes, des conserves, des fruits et légumes, des produits d’hygiène et des produits plaisirs. « Nous recevons 99 % de dons de particuliers devant les magasin », explique une bénévole.

“Mes parents ont du mal à m’aider”

Ludovic est étudiant Bac 3 Kiné. Il y a quatre semaines, il a découvert sur Facebook l’action de distribution de colis solidaires par le Comac grâce à des amis. L’étudiant se trouve dans un contexte familial difficile financièrement et, pour décharger sa famille de certains coûts, il a décidé de venir chercher des colis. J’ai perdu mon job d’étudiant car je travaille habituellement tout le mois de juillet, mais à cause de la crise mon stage est décalé ”, explique-t-il. Ludovic a ensuite décidé de venir apporter son aide lors des distributions de colis depuis ce mardi. J’ai du temps et je veux faire quelque chose. En plus, c’est un peu du donnant-donnant ”, ajoute-t-il.