Certains étudiants ont campé pour être sûrs d’obtenir un logement

LOUVAIN-LA-NEUVE Depuis une dizaine d’années, le nombre d’étudiants suivant des cours à l’UCL a considérablement augmenté sans que le nombre de kots mis à leur dispostion suive la même courbe ascendante. Si bien qu’aujourd’hui, bon nombre d’étudiants n’ont toujours pas trouvé de logement pour la prochaine année académique.

Hier matin, une soixantaine d’étudiants et parents d’étudiants étaient donc massés devant la porte de l’agence immobilière Dynamic Immo. Certains ont même passé la nuit sur place, calfeutrés dans leur tente.

“C’est vraiment la galère” , confie Julian, un étudiant de 17 ans qui entamera un cursus de psychologie en septembre prochain. “Une liste d’attente a été constituée et je suis 54e. Je ne passerai donc pas avant 17 h. J’espère qu’il y aura encore des kots disponibles.”

Même topo chez Louise. Après avoir logé deux ans dans un kot de l’UCL, elle n’y a plus droit et doit donc se rabattre sur les logements privés. “C’est dommage car ils sont beaucoup plus chers – une centaine d’euros par mois – que les kots de l’université et qu’il faut payer une caution de 700 €” , explique-t-elle.

Au sein de l’agence immobilière, on confirme que la demande pour les logements est énorme. “Depuis ce matin, les kots partent à une vitesse folle” , confiait, hier midi, Madeleine Van Rutten, la gérante de Dynamic Immo. “D’ici mardi, on ne devrait plus rien avoir à louer, excepté l’une ou l’autre chambre qui se libère après désistement.”

Un phénomène qui s’expliquerait non seulement par la pénurie de kots mais aussi par une période d’inscription prématurée. “On ouvre les inscriptions trop tôt. On devrait attendre car, en mai, les étudiants se précipitent alors qu’ils ne connaissent pas leur avenir. Certains doivent annuler en septembre car ils ont raté leur seconde session. Si on ouvrait les inscriptions plus tard, seuls ceux qui sont sûrs d’eux se présenteraient et il y aurait un engorgement du marché beaucoup moins important.”



© La Dernière Heure 2010