Certains sous-traitants sont à l’arrêt, les bonnes volontés sont les bienvenues.

Les sociétés de logement public sont considérées, depuis le début de l’entrée en vigueur des mesures de confinement, comme des entreprises essentielles. Elles peuvent donc poursuivre leurs activités mais le contexte impose certaines adaptations.

Ainsi, au siège de la société des habitations du Roman Païs à Nivelles, il n’y a plus de permanences physiques. Et toutes les organisations prévues dans les salles polyvalentes de quartier, à Sainte-Barbe ou à la Maillebotte, sont annulées.

La Régie, qui est chargée des travaux dans les bâtiments gérés par la société, n’est pas à l’arrêt mais elle se limite aux chantiers urgents, par exemple en cas de fuite d’eau, de pannes de chauffage ou de problèmes électriques importants.

Des prestataires et sous-traitants sont par contre, momentanément, empêchés de poursuivre leur travail dans les immeubles des HSRP. C’est le cas pour certaines livraisons mais aussi pour des équipes qui étaient chargées du nettoyage des communs. C’est que la santé du personnel passe avant tout et parfois, les personnes chargées de ces tâches sont confrontées à certaines incivilités, par exemple les crachats dans les communs.

La société, il y a quelques jours, en a appelé à la bonne volonté des locataires. Puisque l’entretien des parties communes ne peut plus être assuré pour le moment par ces sociétés extérieures, les occupants des appartements sont invités à instaurer une sorte de tour de rôle pour assurer le nettoyage de leur palier.

Par ailleurs, les HSRP préparent la sortie de confinement et ont déjà commandé un stock de masques réutilisables pour le personnel.