Un nouveau cadastre des champs électromagnétiques a été publié. Tout est sous contrôle.


Vous surfez sur Facebook ou Instagram tout en vous promenant dans la ville piétonne ? Mais vous êtes-vous déjà posé la question sur les normes des champs électromagnétiques dans Louvain-la-Neuve ? La Ville, elle, l’a fait grâce à un groupe de travail "Ville-UCLouvain" créé en 2007/2008, pour décider des mesures à mettre en place afin d’évaluer le niveau des champs électromagnétiques émis par les antennes GSM.

Une première série de mesures a été réalisée fin 2008. Le groupe de travail a prévu qu’une partie des mesures soit renouvelée, chaque année. Elles l’ont été en 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, avec l’UCLouvain. Depuis 2013, l’Université n’a plus souhaité s’associer à ces mesures et en 2016 et 2019, la Ville a sollicité la Région pour effectuer des mesures aux abords de toutes les antennes ayant fait l’objet de modifications.

"Ces mesures régulières permettent d’établir une carte des niveaux émis, de mettre en évidence des antennes (radio) non autorisées et de les faire supprimer, de vérifier qu’aucun des opérateurs ne dépasse la norme régionale des 3v/m pour les antennes qu’il gère", rassure l’éco-conseillère Dorothée Hébrant.

Le cadastre reprend les valeurs mesurées en 29 lieux - il s’agit des mesures les plus élevées, elles totalisent les champs émis par plusieurs antennes - ainsi que leur évolution. "Aujourd’hui, nous pouvons affirmer qu’aucun des opérateurs ne dépasse la norme des 3v/m."

Par ailleurs, c’est sur la place des Sports, non loin du centre sportif de Blocry que les mesures les plus élevées ont été analysées. Mais elles restent là aussi en dessous de la norme wallonne.

Pour rappel, l’Institut scientifique de service public (ISSEP) effectue gratuitement, à la demande de particuliers résidant à proximité d’antennes émettrices, des mesures d’intensité du rayonnement électromagnétique, en vue de contrôler le respect de la norme applicable en Wallonie. La demande peut être introduite en composant le 1718, Numéro Vert de la Wallonie.