Brabant wallon Le projet de quartier sur l’ex-site de Swift pourrait avoir son influence sur le scrutin

À l’aube des élections communales du 14 octobre prochain, un groupement de citoyens baptisé Collectif des Papeteries entend bien faire entendre sa voix. En espérant que la majorité qui se dessinera au soir du scrutin revoie la copie des Berges de l’Argentine.

Pour rappel, ce vaste projet immobilier, porté par le groupe Atenor, a pour objectif de transformer les anciens locaux de Swift, en face de l’étang, en tout nouveau quartier. Si la première phase, consistant en la rénovation des bâtiments en front de rue, ne suscite pas trop de levées de boucliers, c’est plus le cas de la deuxième phase. Laquelle prévoit la construction de 230 logements sur un peu moins de quatre hectares de surface constructible.

Le Collectif des Papeteries profite donc de la campagne électorale pour rappeler ses réticences face au projet. Ses membres ont ainsi envoyé une lettre ouverte à l’ensemble des têtes de listes. Selon eux, la densité de logements envisagée sur le site est bien trop importante et risque de mettre à mal l’équilibre de la commune. "Ce sont plus de 50 logements à l’hectare qui sont envisagés alors même que le conseil communal a déjà admis, sur décision unanime, une densité maximale de 25 logements par hectare sur son territoire", déplorent les membres du collectif. "Le projet des Berges de l’Argentine prévoit donc plus du double de ce qui est admis à La Hulpe. En termes d’habitants, cela implique une augmentation d’environ 700 personnes."

Soit à peu près 10 % de la population actuelle de La Hulpe qui serait concentrée dans ce seul quartier. Une densité qui fait craindre le pire aux membres du collectif. Notamment en termes de mobilité alors que le centre-ville est déjà saturé aux heures de pointe.

En mai dernier, le promoteur Stéphan Sonneville défendait son projet, précisant que la densité de logements avait été décidée par les autorités communales. "Pas par nous !" , insistait-il. "La densité et les surfaces ont été décidées par Swift et les autorités. Quant aux problèmes de mobilité, il y aura au maximum 220 voitures par jour dans notre projet. Chez Swift, il y en avait près de 370 ! Vous vous rendez compte ?"

Pas de quoi visiblement convaincre les plus réticents : "Autoriser, par dérogation, une telle densité donnerait un argument aux autres promoteurs voulant investir à La Hulpe pour pouvoir densifier leur propre projet. La Hulpe perdrait alors définitivement son caractère de petit bourg paisible si cher à ses habitants…"

Et les membres du Collectif des Papeteries d’exiger des futures autorités communales qu’elles préservent "le caractère villageois de La Hulpe, une densité modérée, la qualité de vie, la mobilité, le Site Natura 2000 d’une grande partie du territoire et son maillage écologique ainsi que la qualité de l’air de la vallée de l’Argentine."