L’école Wal-Active ouvrira ses portes en septembre prochain à Quenast.


C’est tout sourire que les parents, instituteurs, membres de la direction et du PO et connaissances s’activent dans les locaux de l’ancienne communale de Quenast, le long de la rue de l’École. Tout ce beau monde profitent des grandes vacances pour préparer la rentrée scolaire de la future école à pédagogie active Wal-Active en septembre prochain.


Si le chantier avance bien depuis mi-mai, il reste encore un peu du boulot pour pouvoir accueillir les quelque 140 élèves attendus (une vingtaine de places est encore disponible en maternelle). L’établissement comptera six classes de maximum 25 élèves depuis la 1re accueil jusqu’à la 5e primaire. Une première classe vient d’être terminée, il en reste encore cinq. Tout ne sera pas prêt en septembre mais les enfants pourront être accueillis sans problème, indique Emmanuel De Reys, président du PO. On reçoit du mobilier de toute part. Chacun met la main à la pâte, à l’image de la philosophie de l’école : elle n’appartient pas à une personne qui impose ses règles mais elle appartient à tout le monde. "

Et les parents des premiers élèves mettent du cœur à l’ouvrage. À l’instar du corps enseignant, ils assurent toute la rénovation du site - avec l’aide de corps de métier impliqués de près ou de loin au projet. " Quand je vois d’où l’on vient, je me dis qu’un coup de main était bien nécessaire, sourit Cédric, papa de Numa (2 ans) qui fera sa rentrée en 1re accueil. J’avais envie d’amener à ma manière du bien-être et du confort à l’école. Chacun amène ses compétences, c’est ce qui fait la force du projet. Toute cette rénovation ne pouvait pas se passer sans l’aide des parents. Je trouve ça normal de s’investir dans l’école. Cela nous permet de rencontrer et de sympathiser avec les professeurs qui vont s’occuper de nos enfants. "

L’ouverture de cette école est une véritable aubaine pour Maude et Cédric qui cherchaient désespérément une école près de chez eux, à Braine-le-Comte. " On était prêt à déménager car on ne trouvait pas d’école qui correspondait à notre philosophie dans la région. On est donc super heureux que cette école ait vu le jour ", conclut Cédric.

Valoriser ce que l'enfant sait faire

Les écoles à pédagogie active se multiplient dans notre province : après le collège da Vinci à Perwez et NESPA à Villers-la-Ville, Wal-Active couvre désormais l’ouest du Brabant wallon, alors que d’autres écoles de ce type sont en projet à Rixensart et à Wauthier-Braine. Affiliée à la FELSI, l’école rebecquoise propose une pédagogie inspirée de celle de Freinet et Decroly. "Le principe c’est que l’enfant est acteur de son apprentissage, détaille la directrice Aurélie Van Mieghem. Il est confronté à un problème et doit chercher à le résoudre. C’est de l’apprentissage concret : comment construire un bac à compost, déterminer les litres de peinture qu’il faut pour repeindre un mur… C’est aussi une pédagogie positive : on valorisera toujours ce que l’enfant sait faire."