Brabant wallon Ces poubelles permettent de fortement réduire les quantités de déchets.

Le concept des poubelles à puce est simple : chaque conteneur est équipé d’une puce électronique munie d’un code d’identification unique qui correspond à une adresse bien précise. Lorsque les poubelles sont ramassées, le véhicule de collecte identifie automatiquement le code de la puce et la poubelle est pesée. Ces informations sont ensuite enregistrées et transférées dans un système informatique qui permet à la commune de calculer le poids exact des déchets produits par ses habitants.

Pour le moment, on ne peut pas dire que le Brabant wallon soit friand de cette technologie et pourtant, elle a fait ses preuves. Pionnière en la matière, la commune de Chastre a vu les quantités de déchets de ses habitants fondre comme neige au soleil. En 2018, les Chastrois produisaient 77 kg d’ordures ménagères par an alors que la moyenne brabançonne wallonne est de… 144 kg ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’introduction de la poubelle à puce à Chastre a provoqué une rupture nette dans la quantité de déchets collectés avec 55 kg de moins par habitant et par an !

Preuve, s’il fallait, que le système est intéressant et d’ailleurs d’autres entités de la Jeune Province (voir ci-dessous) semblent emboîter le pas. Quant à savoir ceux chez qui le sac-poubelle est le plus lourd, il faut se tourner vers La Hulpe (168 kg/habitant en 2018), Tubize (163 kg) et le duo Braine-le-Château-Jodoigne (158 kg). À l’opposé, on retrouve bien évidemment Chastre et ses 77 kg. Viennent ensuite Ottignies-Louvain-la-Neuve (104 kg) et Mont-Saint-Guibert (111 kg).

Alors oui, la poubelle à puce, ça marche. Reste à franchir le pas, ce qui n’est pas une mince affaire pour toutes les communes qui sont soumises à certaines contraintes. Mais le jeu en vaut visiblement la chandelle.

Chaumont-Gistoux emboîte le pas

Le 1er janvier 2020, Chaumont-Gistoux dira adieu aux sacs-poubelle blancs. Ceux-ci seront remplacés par deux conteneurs qui seront livrés à la population dans le courant du mois de décembre : une poubelle pour les déchets ménagers résiduels, une autre, plus petite, pour vos déchets organiques. Leur particularité ? Elles seront équipées d’une puce et pesées à chaque levée. Les utilisateurs payeront dorénavant leurs déchets au poids.

Tout changement suscite questions et inquiétudes. Pourquoi change-t-on de système ? Quels avantages ? Comment ça marche ? Pourrais-je choisir le volume de mes conteneurs ? Suis-je propriétaire de mes conteneurs ? Combien de kilos de déchets par habitant sont prévus dans la taxe forfaitaire ? Combien vais-je payer ? Pour y répondre, quatre soirées d’information publiques sont prévues.

Un gestionnaire de l’InBW et le collège communal seront présents. Un expert exposera le déroulement des opérations et répondra à toutes les questions, le 9 à 19 h 30, au Centre sportif André Docquier, le 14 à 15 h au CPAS (réservé en priorité aux 3x20) et à 19 h 30, dans le réfectoire de l’école de Corroy-le-Grand ainsi que le 22 à 19 h 30, à l’Espace Perez.