L’aide aux commerçants continue de faire débat à Perwez. Un mois après avoir vu ses deux points (aide directe aux commerces et gratuité des salles de sport) refusés car pas déposés dans les règles, DRC + est revenu à la charge lors du dernier conseil communal.

Mais si les points ont, cette fois-ci, été débattus, ils n’ont pas été adoptés par l’assemblée, au grand désarroi d’André Antoine. "Notre demande d’aide directe aux commerces se justifiait en regard de la situation actuelle alors que la commune dispose de moyens avec les 80 000 euros qui n’ont pas été utilisés pour les chèques."

La deuxième demande visait à offrir la gratuité d’occupation aux clubs sportifs mais celle-ci a également été votée majorité contre opposition. "Ce sont deux éléments qui invitaient le bourgmestre à prendre de la hauteur en devenant le patron d’une commune en fédérant les forces politiques derrière lui. Son refus s’explique par le fait que ce sont des propositions qui viennent de l’opposition."

Au-delà du refus, ce qui pose problème à DRC +, c’est que le second plan de relance n’a pas été présenté lors du dernier conseil communal. "C’est une opération de séduction populiste. Nos demandes ont donc été refusées mais en face de cela, ils auraient pu venir avec leur plan de relance qu’on aurait pu amender ou voter. Mais entre nos propositions et le vide de la majorité, il n’y avait pas de choix. Les effets d’annonce n’ont pas été suivis d’annonces de faits", conclut André Antoine.