Une fois raccordées, les caméras surveilleront la vitesse et le franchissement des feux.

Il a fallu (beaucoup) de temps mais le Service public de Wallonie (SPW) avance dans la sécurisation du carrefour dit de l’Arbre Sainte-Anne, sur la nationale 5 entre les Quatre-Bras de Baisy-Thy et Genappe. On se rappellera que l’endroit a généré de nombreux accidents graves et même mortels ces vingt dernières années, dont celui qui avait coûté la vie, en novembre 2018, à une mère de famille de Baisy-Thy.

L’accident avait ému toute une région, mobilisé la population lors d’une marche de revendications, provoqué de (nouvelles) interpellations de la Région wallonne par la Ville, mais aussi fait des remous jusqu’au Parlement wallon pour que ce carrefour à feux soit enfin sécurisé de manière optimale.

Le ministre wallon de la Sécurité routière de l’époque, Carlo Di Antonio, avait décidé de convoquer une commission provinciale de sécurité routière réunissant tous les acteurs de terrain (police locale, SPW, autorités communales…) afin de plancher sur des moyens d’empêcher de nouveaux drames.

En février 2019, le bourgmestre Couronné, interpellé au conseil communal, n’avait pu que constater que rien n’avait bougé…

© Fifi

Un an plus tard, la situation a changé. Le placement de caméras qui contrôleront à la fois la vitesse des véhicules dans le carrefour et le franchissement des feux est la dernière mesure à mettre en œuvre. Le SPW a en effet déjà modifié la phase des feux comme demandé par la Ville de Genappe, modifié le traçage au sol pour ramener la circulation sur une bande en arrivant de Charleroi, et renforcé la signalisation.

À présent, les boîtiers pour abriter les caméras sont en place des quatre côtés du carrefour.

"La partie génie civile est terminée, il reste le raccordement à effectuer, confirme le porte-parole du SPW, Christophe Blérot. Une fois que les caméras seront raccordées, il faudra qu’elles soient homologuées. Nous n’avons pas de délai fixé pour l’instant, mais c’est une question de semaines."