Les indicateurs épidémiologiques étaient plutôt encourageants ces dernières semaines en Brabant wallon. La deuxième vague du mois de novembre s’éloigne peu à peu, malgré une “vaguelette” observée au niveau du nombre d’hospitalisations au début de l’année, avec 35 patients hospitalisés dans deux des trois unités Covid de la province. Dimanche, il y en avait 18, dont trois aux soins intensifs.

Mais depuis une petite semaine, le nombre de nouveaux cas de coronavirus reprend dans le pays et singulièrement dans le Brabant wallon. Ainsi, sur les sept derniers jours (du 4 au 10 janvier), 480 cas avérés ont été détectés, alors qu’il y en avait 315 une semaine plus tôt (du 28 décembre au 3 janvier. Cette augmentation de plus de 50 % fait de la province l’un des plus mauvais élèves, après la Région bruxelloise. À titre de comparaison, Namur est à +21 % et le Hainaut est à +15 %.

D’après le gouverneur du Brabant wallon, cette recrudescence du nombre de nouveaux cas peut s’expliquer par plusieurs facteurs, mais le principal serait le retour de vacances et séjour en zone rouge. Sur base des PLF (formulaire de localisation du passager), on peut affirmer que les Brabançons sont en effet bien plus nombreux à être partis à l’étranger que leurs voisins durant ces vacances d’hiver.

On a enregistré 8.500 retours de zone de rouge en Brabant wallon (400.000 habitants), là où en province de Namur et ses 500.000 habitants, ils sont 4.000 et en province de Luxembourg et ses 300.000 habitants, ils ont enregistré 2.000 retours, indique Gilles Mahieu. Et ce ne sont que les chiffres des personnes qui ont déclaré leur voyage on peut donc supposer que ces chiffres sont plus importants dans les faits puisque certains rentrent “clandestinement” de l’étranger. De manière générale, on observe un taux de positivité de 4 à 5 % parmi les personnes de retour de vacances. Ça peut paraître inférieur au taux de positivité de la province qui est de 6,7 % aujourd’hui mais il faut rappeler que ce taux de positivité porte sur les personnes testées et pas sur l’ensemble des vacanciers. En outre, les tests sont généralement réalisés sur les personnes symptomatiques. Revenir de zone rouge représente un risque bien plus important qu’en étant resté en Belgique.”

À ces vacanciers, le gouverneur adresse message clair : “Par pitié, faites-vous tester, restez confiné et limitez les contacts à risques.”

Plus de tests, plus de cas

D’autres facteurs peuvent expliquer cette hausse des chiffres en Brabant wallon. Le nombre de tests quotidiens est également en augmentation ces derniers jours, passant de 300 tests le 1er janvier à près de 1.900 le 6 janvier dans la province. Une autre explication, ce sont les foyers de contamination observés dans deux maisons de repos du territoire. L’une d’elles a vu son nombre de cas passer d’une dizaine à une cinquantaine suite à un testing. Le gouverneur indique qu’il y a actuellement trois clusters dans les maisons de repos du Brabant wallon.