Ils craignent un dépassement des normes de bruit avec l’arrivée du Power Splash.

Il y a quelques semaines, le parc d’attractions wavrien Walibi a introduit une demande pour renouveler son permis d’environnement dans le cadre de la création de sa nouvelle attraction à sensations fortes, aujourd’hui dénommée Power Splash mais qui devrait être rebaptisée dans les mois à venir.

Le permis a été accordé sans trop de problèmes et les travaux pour la création de l’attraction ont débuté dans la foulée. Mais aujourd’hui, les riverains du parc - réunis dans l’ASBL Les Versants de la Dyle qui regroupe une centaine de familles - ont décidé d’introduire un recours contre le permis d’environnement de Walibi. "Nous ne voulons pas la mort de Walibi, précise d’emblée Philippe Platteau, président de l’ASBL. Le parc fait partie de l’identité de Wavre et nous ne demandons pas qu’il stoppe ses activités. Mais nous aimerions qu’il y ait d’avantage de respect envers les riverains."

Si l’ASBL admet que les contacts avec Walibi se sont grandement améliorés ces dernières années, Philippe Platteau déplore que le parc d’attractions n’agisse pas davantage pour diminuer les nuisances sonores. Et craint que la nouvelle attraction explose la limitation de bruit imposée. "Nous craignons que le bruit du Power Splash vienne s’ajouter à celui déjà présent au sein du parc qui est arrivé à saturation acoustique. Des pics de bruits - principalement les cris des visiteurs - viennent régulièrement perturber le voisinage. Lors de la saison pleine, c’est déjà un enfer. Et nous craignions que les normes de bruit soient encore plus souvent dépassées avec l’arrivée de ce nouveau mammouth. Avec la nouvelle attraction, on pourrait atteindre 1 à 2 décibels supplémentaires, selon des spécialistes. C’est beaucoup ! D’autant qu’aucune attraction bruyante ne sera supprimée"

Lors des comités de concertation, l’asbl a proposé des solutions, comme le placement de murs antibruit autour de l’attraction ou de capotes sur les bateaux. "Mais Walibi a catégoriquement refusé."

En contestant le permis, les riverains souhaitent aussi alerter sur les autorités au sujet des nocturnes de Walibi. Dix soirées durant lesquelles les portes du parc sont ouvertes jusque 22 h - c’est notamment le cas lors de la nuit d’Halloween - et durant lesquelles le parc d’attractions ne respecterait pas les limitations sonores. "Résultat, la sono explose les décibels au point que cela en devienne invivable pour les riverains. C’est un boucan infernal… et totalement illégal. Nous voudrions que, lors de ces soirées, Walibi respecte le régime de jour qui lui est imposé au niveau des normes acoustiques."

Le comité de quartier avait interpellé le ministre de l’Aménagement du Territoire, Carlo Di Antonio, avant l’octroi du permis. Mais face à l’absence de réaction de sa part, les riverains ont décidé d’aller en recours - non suspensif- en annulation devant le Conseil d’État. En espérant que s’il n’annule pas le permis, il le conditionne néanmoins au respect des limitations sonores.

Un investissement de 8,5 millions d’euros

Si le nom définitif de la future attraction de Walibi n’a pas encore été dévoilé, l’on sait que l’investissement total nécessitera à Walibi de délier les cordons de la bourse en dépensant près de 8,5 millions d’euros. Soit le plus grand investissement depuis la réouverture de la Turbine (ancien Syrocco et aujourd’hui Psyké Underground).

L’attraction à sensations fortes emmènera les visiteurs du parc dans un voyage en bateau de 70 secondes comprenant trois allers-retours en vitesse croissante. Une barque contenant 20 passagers et naviguant sur un rail prendra en effet de la vitesse à trois reprises. L’attraction fera grimper le compteur à 50 km/h et la barque à une hauteur de 25 mètres lors du premier départ. La deuxième accélération propulsera les passagers à 35 mètres de hauteur à une vitesse de 80 km/h, pour finir à 45 mètres au-dessus de l’eau après une dernière montée à 100 km/h… avec à chaque fois un passage dans l’eau.

Il s’agira d’une première mondiale développée pour Walibi par le constructeur allemand Mack Rides. La nouvelle attraction devrait être accessible avant les vacances d’été 2016.