LASNE

Police, ACS et pompiers dénoncent le refus du permis pour les antennes Astrid manquantes

SECOURS “En tentant d’empêcher un automobiliste ivre de reprendre son véhicule, à la pompe à essence, à 250 mètres du commissariat, une policière a reçu des coups et a dû être hospitalisée. La zone n’étant pas couverte par le réseau Astrid (NDLR : un réseau de radiocommunications au bénéfice des services de secours et de sécurité), la policière n’a pas pu prévenir ses collègues.”

Des exemples comme celui du commissaire divisionnaire Alain Rummens, les policiers en rencontrent souvent à Lasne, Rixensart et La Hulpe. Idem pour les ambulanciers : “Nous avons déjà été confrontés à des situations où les secours ont été retardés suite à des problèmes de communication , confirme Arnold Félix, le président de l’ACS. Malgré l’évolution technologique, nous sommes moins bien lotis qu’il y a dix ans.”

Le commandant des pompiers de Wavre, Philippe Vos de Waele confirme : “D’un endroit à l’autre, d’une seconde à l’autre, le réseau se coupe. Or, il est question de la sécurité des citoyens.”

Malgré un matériel neuf et performant, il manque deux antennes Astrid depuis plusieurs années. Une situation que les policiers, les services de secours de l’ACS et les pompiers de Wavre dénoncent. D’autant qu’une solution avait été trouvée.

“Depuis 2001, toutes les parties se sont réunies de nombreuses fois , indique le chef de zone. Deux petites antennes devaient être installées à la route de Céroux et à la route de Genval sur le site du nouveau commissariat.”

Mais des riverains ont introduit un recours et le permis a été refusé par le ministre Henry, pour des raisons “paysagères” , le 24 février dernier.

Un argument que ne comprend pas le président de la zone de police et bourgmestre de La Hulpe, Christophe Dister : “Je suis inquiet pour la population et pour les policiers. S’il y avait des problèmes esthétiques, il suffisait d’imposer des conditions. Si un incident aux conséquences graves devait intervenir, je mettrai le ministre devant ses responsabilités. Nous sommes face à une gestion catastrophique d’un dossier de sécurité publique.”

Policiers, pompiers et ambulanciers veulent se faire entendre et demandent une solution rapide pour que la sécurité de la population soit assurée car, s’il semble que le château d’eau de Genval soit suggéré pour accueillir l’antenne, toute la procédure doit être recommencée.



© La Dernière Heure 2010