Depuis quelques jours, les rues aux alentours de l’hôpital sont embouteillées l’après-midi et pour les riverains comme pour ceux qui doivent passer par là, c’est la galère. La raison de ces gros problèmes de mobilité, c’est le succès des tests "Covid" organisés en drive-in à l’hôpital. Avec les retours de vacances et la rentrée scolaire - il semble que des classes ont dû venir se faire tester -, les patients sont nombreux et les files s’allongent.

Le bourgmestre Pierre Huart confirme : alors que les tests en question sont réalisés de 13 h à 20 h, certains automobilistes attendent déjà vers midi ou midi et demi. "Le boulevard de la Batterie se retrouve bloqué alors que c’est une rue importante pour la mobilité dans le quartier, ajoute le bourgmestre aclot. Il y a aussi pas mal de bus qui passent par là, surtout en période scolaire. On m’a rapporté aussi qu’il y a quelques jours, une ambulance s’était retrouvée coincée dans ces embouteillages. La police a dû faire dégager les autres véhicules pour qu’elle puisse passer."

La situation ne pouvait plus durer. Deux réunions sur le sujet ont eu lieu entre la direction de l’hôpital de Nivelles, le chef de zone et des membres du pool roulage de la zone de police, et les services de la Ville.

Il a été décidé qu’à partir de lundi, les personnes qui viennent à l’hôpital pour les tests Covid devront entrer par le 3 de la rue Samiette, c’est-à-dire l’ancienne entrée des urgences. L’arrêt au boulevard de la Batterie, lui, sera interdit. Les responsables espèrent que cette solution, adoptée en concertation par l’ensemble des acteurs, permettra de retrouver une circulation plus fluide dans le quartier.

Il faudra cependant attendre lundi après-midi pour qu’elle soit mise en œuvre, le temps pour l’hôpital de mettre en place un cheminement sur son site et de le baliser.

Au passage, le bourgmestre fait également remarquer que c’est surtout durant l’après-midi que les files s’allongent, alors que les tests sont pratiqués jusqu’à 20 h. Décaler son passage - il n’y a pas de rendez-vous - un peu plus tard est sans doute aussi une bonne idée…