Les activités ne devraient pas reprendre avant mercredi sur le site de Logistics Nivelles. On le sait, les travailleurs qui dépendent du groupe Kuehne + Nagel ont appris mercredi que la direction avait décidé de fermer purement et simplement le site à l’automne 2022, envisageant le licenciement de 549 travailleurs pour répartir leur travail entre plusieurs entrepôts situés en Flandre.

Depuis, tant les travailleurs de Logistics qui sont occupés dans les entrepôts que ceux de Supertransport, qui assurent au volant des camions l’acheminement des marchandises depuis Nivelles vers les différents magasins de l’enseigne Carrefour, ont cessé le travail. Et la colère est importante sur le site, ce qui provoque quelques moments de tension.

Une assemblée était prévue vendredi matin et certains ont émis l’idée d’une grève tournante, ce qui permettrait aux travailleurs de ne pas perdre l’entièreté de leur salaire. D’autres étaient plutôt pour un mouvement de grève total, pour maintenir la pression au maximum. Un débat pas évident, vu le contexte. Mais finalement, ce sont les tenants de la poursuite de la grève pure et simple qui ont eu gain de cause.

Le travail ne devrait donc pas reprendre avant mercredi sur le site. Mercredi, c’est le jour prévu pour la rencontre des représentants du personnel avec les membres du gouvernement wallon.

En fin de matinée, une partie des travailleurs sont partis en car. La direction annoncée était l’entrepôt de Kuehne + Nagel à Kontich mais en réalité, se doutant qu’ils étaient attendus sur place, les syndicalistes ont opté pour Willebroeck. Où manifestement, les responsables se doutaient aussi qu’ils auraient tôt ou tard droit à une petite visite des travailleurs aclots.

"Disons que cette fois-ci, nous sommes venus en repérage, sourit le permanent CNE Didier Lebbe. La grève continue et les actions vont naturellement se poursuivre. On verra au jour le jour ce qu’on décide de faire."

Dans la journée de vendredi, Ecolo Brabant wallon a réagi via un communiqué à la situation dans l’entreprise aclote. Les Verts se disent solidaires avec les travailleurs et rappellent que leurs droits doivent être respectés.

"En plus du drame humain, perdre des travailleurs compétents dans la logistique en Brabant wallon n’a aucun sens, indique le député régional Laurent Heyvaert. Ce site est ancré en Brabant wallon depuis des décennies. La Wallonie ne peut pas se permettre de perdre toute cette expérience. La Région wallonne, via son outil ‘Logistics in Wallonia’, doit intervenir. C’est ce que nous plaiderons après du gouvernement."