Il n’y avait plus de maraîchers, samedi, sur la place de Lalieux désormais rendues aux voitures. Comme annoncé par le collège communal et demandé de longue date par une partie des vendeurs, le marché aux fleurs a réintégré le marché hebdomadaire de la Grand-Place.

Pour compenser, un marché des producteurs et artisans locaux avait été préparé et prendra place une fois par mois, à la bonne saison, sur la place de Lalieux. Cependant, compte tenu des règles sanitaires en vigueur, le collège a décidé de post-poser son lancement au 1er mai pour bénéficier - en tout cas c’est l’espoir - de meilleures conditions puisque l’objectif est d’amener aussi des animations et une ambiance différente.

Quant aux vendeurs de fleurs et de plantes, ils ont été regroupés autour de la « goutte », le parking avec une petite pelouse centrale, situé entre l’hôtel de ville et la Poste. Un emplacement très en vue, avec un sens giratoire pratiquement naturel pour les clients. Manifestement, il ne faudra pas beaucoup de temps aux fidèles du marché hebdomadaire aclot pour s’adapter à ce changement majeur.

« Moi, je dis merci: c’est un succès incroyable, affirme Dirk De Block, un des marchands, à l’heure du premier bilan. Alors qu’il faisait froid, avec du vent, j’estime avoir vendu le double de ce que j’avais vendu la semaine dernière sur la place de Lalieux. Le cadre est magnifique et il y a beaucoup plus de passage, des gens qui viennent pour autre chose et qui repartent avec des plantes. »