Le groupe suédois devrait formuler une offre de reprise de la papeterie

Le jeudi 1 er juin dernier, le tribunal de commerce de Nivelles prononçait la sentence : la faillite de la papeterie de Virginal IdemPapers était officiellement actée. Un coup dur pour l’entreprise qui employait encore près de 400 personnes mais également pour la commune d’Ittre qui y voyait là également un important manque à gagner.

Mais alors que beaucoup pensaient que l’affaire était enterrée, les Ittrois, et plus particulièrement Christian Fayt, se sont réveillés avec le sourire vendredi matin. "Normalement, le groupe suédois Lessebo devait rentrer ce vendredi une offre de reprise de l’activité des papeteries de Virginal", se réjouissait l’échevin ittrois.

Sortie un peu de nulle part, cette société ne faisait pas partie des potentiels repreneurs à la base. "Il s’agit en fait d’une plus petite structure mais ce sont des professionnels. Par le passé, ils se sont déjà occupés de la reprise d’entreprises en faillite pour complètement les remettre sur les rails. Il ne reste plus qu’à espérer que l’affaire se conclue et que la Région wallonne puisse donner un petit coup de pouce."

Car même si la reprise est actée, le gouffre financier est important. "Cela fait plusieurs années qu’IdemPapers était dans le rouge. Comme la faillite a été prononcée, les repreneurs repartent de zéro, contrairement à une procédure en réorganisation judiciaire. Il faut par exemple refaire un contrat de gaz, d’électricité, racheter tous les produits, recontacter les clients qui, eux, ont pris leurs dispositions pour trouver un autre fournisseur", continue Christian Fayt.

Néanmoins, ce devrait être une excellente nouvelle pour les Ittrois et pour toute la région. "D’après ce que j’ai entendu, au niveau de l’emploi, ce sera plus petit au départ avec l’ambition de monter en puissance au fil des années. Je tiens à tirer mon chapeau aux anciens cadres de l’usine et à commencer par Jean Bernard, qui ont travaillé jour et nuit pour trouver une solution. Du côté de la commune, je pense qu’on doit également continuer ce travail car cette société est primordiale pour Ittre", conclut l’échevin ittrois.