Passerelle ou tunnel sous voies ? Le collège dit s’être réservé les deux options.

D’ici un an et demi, Wavre devrait posséder une gare des bus flambant neuve, sur l’actuel parking du Moulin à Vent, à côté de la place Henri Berger. Pour rappel, cette nouvelle gare doit permettre une meilleure circulation des bus, majoritairement articulés aujourd’hui, en dédoublant le nombre de quais, qui passeront de 8 à 16. Certains seront partagés entre la SCNB et le Tec. Les travaux démarreront en septembre prochain.

Une connexion est prévue de longue date entre le plateau de la gare et le quartier qui accueille La Sucrerie et la future piscine. Si une imposante passerelle surplombant les rails avait été imaginée, l’idée a finalement été abandonnée par la majorité, suite aux nombreuses réactions négatives des riverains lors de l’enquête publique. Interrogée sur l’état du dossier lors de la séance d’information sur la future gare des bus, la bourgmestre Françoise Pigeolet a indiqué que le collège communal hésitait encore entre une passerelle ou un tunnel sous voies, assurant que les deux options resteraient possibles dans la conception de la gare.

Une réponse qui n’a pas rassuré le conseiller Benoît Thoreau (CDH) qui s’est inquiété, lors du dernier conseil communal, du peu de place qu’il restera à côté de la gare SNCB pour créer un débouché pour la future liaison. "Ne faudrait-il pas résoudre cette question avant d’entamer la construction de la nouvelle gare de bus ?", s’est-il demandé.

L’échevin de la Mobilité a répété que le Tec et la Ville se sont réservé la possibilité de faire un passage sous voies ou une passerelle. "Aucune décision n’a encore été prise à ce stade sur l’emplacement exact, a répondu Paul Brasseur. Il y a des contraintes techniques énormes dans un cas comme dans l’autre. Avec différentes contraintes qu’on doit prendre en compte, à savoir la présence éventuelle d’ascenseurs pour une passerelle, le passage des vélos, la gestion des câbles d’Infrabel…"