Brabant wallon L’auteur n’a jamais voulu devenir un noble et préféra le travail et par-dessus tout, l’écriture.

Parce qu’il vivait dans une famille bourgeoise, ses parents voulaient qu’il devienne comme eux : un être humain de première catégorie, au-dessus des autres, un noble. Lui a préféré l’inverse, c’est-à-dire côtoyer les “autres”. Ces autres, les travailleurs. Travailleur ? Un mot justement peu utilisé dans le milieu qu’il côtoie.Pourtant, le bambin brabançon, futur écrivain, ne rêve que de ça : devenir un travailleur. “ À l’époque, je préfère rester dans les pattes du jardinier de la propriété familiale et admirer le travail bien fait de ceux qui se lèvent tôt”, raconte l’écrivain Damien de Failly, de Limelette.

Un matin, le jardinier lui supplie de le lâcher, d’aller sur les bancs de l’école pour avoir un diplôme et plus tard, un “vrai” travail. L’écrivain, encore un gamin, mord sur sa chique et s’exécute. Plus tard, il devient chauffeur-livreur dans le monde entier. “De l’Afrique du Sud aux Pays-Bas, de Taïwan à Limelette, j’ai fait le tour du monde”, poursuit-il.

Il revient de chaque voyage avec une valise d’anecdotes. Dans un vol Chicago-Bruxelles, il raconte ses périples et péripéties à un son compagnon de bord. Il commence à prendre goût à raconter de petites histoires. Il fait de même avec ses amis, qui lui soumettent l’idée d’en faire un livre. Il se met au travail et écrit son quatrième livre.

L’histoire du héros est inspirée de cette biographie de l’auteur brabançon. Le roman débute donc outre-Atlantique. À son retour des États-Unis, le héros du livre, Charles Davidyan, journaliste, rentre sur Bruxelles. Durant le vol Chicago-Bruxelles, il raconte à son voisin de siège ses aventures et ses tribulations. Sous forme d’interview, Damien de Failly aborde les péripéties de ce chauffeur-livreur. Enfin, le livre s’achève sur une longue réflexion philosophique sur le temps consacré à la retraite envisagée comme un autre voyage…

Son dernier livre “Aventures en courrier express” est disponible dans toutes les bonnes librairies de la province.